LES APPARTEMENTS EL HUDJURAT

Les appartements (Al-Hujurat) (49)

Au nom de Dieu, le Tout-Puissant, le Très Miséricordieux.

(1) Dieu - le Très Haut - enseigne à ses serviteurs croyants comment ils doivent se conduire avec le Messager (qssl), lui adresser la parole et le respecter comme il le mérite. Il dit aux croyants : « Ne vous précipitez pas pour donner votre jugement ou prendre une initiative avant que Dieu et le Messager ne vous donnent leur jugement. Appliquez strictement leur jugement, ne devancez pas le Messager dans un jugement ou une initiative et craignez Dieu, ô croyants. Il entend vos paroles et sait ce que vous faites ». Il est dit que ce verset a été révélé en réponse à un groupe de musulmans qui disaient : « Si on nous révélait à propos de telle ou telle chose »

(2) Si vous parlez en présence du Messager (qssl), n’élevez pas la voix au-dessus de la sienne, sinon cela signifie que vous ne respectez pas le Messager. Si vous parlez pendant qu’il se tait, ne haussez pas la voix comme vous le faites les uns avec les autres. De même quand vous lui parlez ne dites pas : « O Muhammad ! » mais dites : « O Prophète, ou O Messager ! » Car il se peut que cette négligence du respect conduise la mécréance et vos œuvres deviennent alors vaines, sans que vous ne vous en rendiez compte. (Il est dit que ce verset est révélé à propos d’Abû Bakr et Umar. A l’arrivée d’une délégation de Tamim, Abû Bakr conseilla au Prophète (qssl) de nommer al-Qa’qaa’ ben Ma’bad leur commandant, tandis qu’Umar lui conseilla de nommer al-Aqra’ben Habesse. Ils discutèrent alors devant le Messager et haussèrent la voix. A la révélation de ce verset, Abû Bakr ne parlait au Prophète (qssl) qu’en chuchotant, aussi quand Umar parlait, le Messager ne l’entendait pas et lui demandait de répéter ce qu’il disait).

(3) Ceux qui baissent leurs voix auprès du Messager (qssl) par respect sont ceux dont Dieu a éprouvé les cœurs par l’adversité et les dures charges. Ainsi leurs cœurs se sont devenus purifiés et assainis par les difficultés qu’ils ont endurées. De leur Seigneur ils recevront le pardon et une énorme récompense pour avoir baissé la voix en présence du Messager par respect et glorification.

(4) Certains parmi les Arabes se réunirent et dirent : « Allons voir cet homme ! S’il est un prophète, nous serons les plus heureux des gens, et s’il est un roi, nous nous mettrons sous sa protection » Ils appelèrent le Prophète de l’extérieur de son appartement en disant : « O Muhammad ! » Dieu fit descendre ce verset pour enseigner le bon comportement à ces gens et à leurs semblables qui appelaient le Prophète à haute voix alors qu’il était chez lui en famille pour qu’il sort à leur rencontre. Dieu - le Très Haut - dit que la plupart de ces gens qui font cela ne savent pas respecter et honorer le Messager (qssl) comme il le mérite.

(5) Si ceux qui t’appelle à haute voix de derrière les appartements patientaient et ne t’appelaient pas pour que tu sortes à eux, ce serait certes mieux pour eux auprès de Dieu, parce que cela prouverait ainsi le respect et l’honneur qu’ils te vouent.

(6) Ce verset est descendu à propos de al-Walid ben Uqbah ven Abû Mou’itt que le Messager (qssl) envoya recueillir l’aumône des Bani al-Musaliq dont le chef était al-Hârith ben Dirar al-Khuza’i. Ce dernier embrassa l’Islam et demanda au Messager de lui permettre de retourner vers son peuple pour les inviter à l’Islam et recueillir l’aumône légale « la Zakat » de ceux qui embrasseraient l’Islam. Il demanda aussi que le Messager envoie un homme de sa part au moment fixé pour prendre les aumônes qu’il recueillerait des Banî al-Mustaliq. Le rendez-vous fixé passa sans que personne ne vienne de la part du Messager. Al-Hârith craignit que le Messager ne soit en colère contre lui pour une raison qu’il ignorait, aussi convoqua-t-il les grands hommes parmi son peuple et alla avec eux vers Médine. Al-Walid ben Uqbah, envoyé du Messager, en route vers Bani Mustaliq, eut peur qu’ils ne le tuent et retourna alors dire au Prophète que les Banu Mustaliq avaient refusé de lui donner l’aumône légale et qu’ils avaient failli le tuer. (Il est dit que les Banû Mustaliq furent informés de l’arrivée d’al-Walid, ils se réjouirent alors et sortirent à sa rencontre, mais il eut peur et s’en retourna). Quand le Messager demanda à al- Harith la raison pour laquelle ils avaient refusé de donner l’aumône légale, ils lui dirent : « Par Celui qui t’a envoyé avec la vérité, personne n’est venu à nous ». Dieu fit alors descendre ce verset. Dans ce verset, Dieu ordonne aux croyants de ne pas s’empresser de prendre une décision et de voire les nouvelles que les pervers leur apportent sans qu’ils se désintéresse de l’immortalité, se désintéresse du mensonge et le fait de croire précipitamment aux nouvelles que les pervers apportent peut faire du tort à des gens innocents par inadvertance, et se causer par la suite du remords.

(7) O croyant, sachez que le Messager est parmi vous. Vous devez le respecter, l’honorer et croire en lui. Il a plus de pitié pour vous que vous n’en avez pour vous-mêmes. S’il faisait ce que vous voulez avant d’éclaircir l’affaire, vous seriez en tort et en difficulté, mais Dieu vous a fait détester la mécréance, la perversité et la désobéissance. Ceux qui sont qualifiés par tous ces bons attributs sont les biens dirigés que Dieu a guidé vers le droit chemin.

(8) Ce don que Dieu vous a accordé est une grâce de sa part et un bienfait envers vous. Dieu connaît celui qui mérite sa voie guidée et celui qui mérite d’être égaré. Il est sage en ce qu’il prescrit et gère.

(9) O croyants ! Si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux avec justice en les invitant à accepter le jugement de Dieu. Si l’un d’eux refuse le jugement de Dieu et dépasse la limite de la justice alors que l’autre accepte le jugement de Dieu, combattez le groupe qui se rebelle, jusqu’à ce qu’il se conforme à l’ordre de Dieu et se soumette à lui. S’il s’y conforme, réconciliez-les avec justice et soyez équitable car Dieu aime les gens équitables et les récompense de la meilleure façon.

(10) Les croyants sont des frères par la religion, (le Messager (qssl) dit : « Un homme musulman est le frère de tout autre musulman, il ne le lèse pas et ne le trahit pas »). Ramenez donc la paix entre les deux frères par religion qui se combattent ou les groupes qui sont en conflit comme vous faisiez quand il y avait un désaccord entre deux frères par lignage. Craignez Dieu dans toutes vos affaires afin que Dieu vous fasse miséricorde et pardonne les péchés et les fautes que vous avez commises auparavant.

(11) Dieu - le Très Haut - interdit aux croyants de railler leurs frères croyants et de les déprécier. Il se peut que celui duquel on se moque ait une meilleure place auprès de Dieu que celui qui raille, ainsi fait-il du tort à lui-même en méprisant celui que Dieu a honoré. De même, Dieu - le Très Haut - interdit aux femmes croyantes de railler les autres femmes croyantes, il se peut que celle de laquelle on se moque ait une meilleure place auprès de Dieu que celle qui se moque. Dieu ordonne aussi aux croyants de ne pas se médire les uns les autres pendant leur absence, ni de se calomnier mutuellement. Dieu considère que le fait de médire d’un autre frère revient à se faire mal à soi-même, parce que les musulmans sont comme un seul corps, si une partie de ce corps gémit, tout le reste du corps réagit par l’insomnie et la fièvre, comme le Messager (qssl) l’a dit. Dieu- le très Haut - ordonne aux croyants de ne pas invoquer les uns les autres par des surnoms qu’on déteste comme le fait de dire : « ô pervers, ô traite, ô ennemi de Dieu ou ô hypocrite … »

(Ibn Abbas dit : Dieu - le Très haut - interdit qu’un homme lance des reproches et des sobriquets à un autre homme qui a fait de mauvaises actions dans le passé, puis s’est repenti et est retourné vers la vérité). Quelle vilaine chose d’accuser quelqu’un de perversité après qu’il ait cru.

Ceux qui ne se repentent pas, ne cessent de lancer des injures à leurs frères croyants et de se moquer d’eux… ceux-là sont les injustes qui ont fait du tort à eux-mêmes en désobéissant à Dieu aussi ont-ils mérité son châtiment.

(12) Dieu - le Très Haut - interdit à ses serviteurs croyants de conjecturer sur leurs frères croyants, car le fait de mal conjecturer sur autrui est un péché que Dieu a interdit. (Le Messager (qssl) dit : « Evitez la conjecture, car elle est le pire mensonge. N’espionnez pas, ne guettez pas, n’entrez pas en compétition, ne soyez pas envieux les uns des autres, ne vous détestez pas et ne complotez pas les uns contre les autres mais soyez, ô serviteurs de Dieu, des frères »).

Ensuite, Dieu - le Très Haut - interdit aux croyants de s’espionner les uns les autres, d’être à la poursuite des secrets pour les divulguer et faire un scandale. Dieu - le Très Haut - interdit également aux croyants de se médire les uns les autres et d’invoquer un frère en disant ce qu’il déteste de sa religion, de sa vie, son moral, sa famille, son argent, sa femme ou son fils….(C’est ainsi que le Messager (qssl) a décrit la médisance).

(Le Messager a dit : « ô vous qui avez dit que vous êtes des croyants sans que la foi pénètre dans vos cœurs ! Ne médisez pas des musulmans et ne guettez pas leurs secrets, Dieu guettera les siens, aussi le scandalisera-t-il dans sa maison).

Dieu a comparé le fait de médire d’un frère croyant à l’absorption de sa chair une fois mort, Il dit aux croyants que s’ils détestent manger la chair d’un frère mort, ils doivent alors détester de lui médire pendant sa vie. Il y a trois façons de médire :

- La médisance : c’est dire d’autrui une chose vraie qu’il déteste.

- La calomnie : c’est dire d’autrui ce qu’on a entendu sur lui et qu’il déteste.

- La diffamation : c’est dire d’autrui une chose fausse qu’il déteste.

Dieu - Le Très Haut - encourage ensuite les croyants à Le craindre, à éviter la médisance, à sentir sa présence et à faire le bien en secret et en public. S’ils se repentent et implorent le pardon de leur Seigneur pour les péchés qu’ils ont commis, Dieu exaucera leur prière et acceptera leur repentir, car Il est Grand-Accueillant au repentir de ses serviteurs et Très Miséricordieux envers eux.

(13) Dieu - Le Très Haut - montre dans ce verset que tous les hommes sont des frères, aussi un homme ne doit-il pas se sentir supérieur à un autre, ne lui faire ni du mal ni reproche, ne pas le traiter comme inférieur à lui. Dieu - Le Très Haut - a fait des êtres humains des nations et des tribus pour qu’ils se reconnaissent, ainsi dit-on celui-ci est le fis d’un tel et de telle tribu…

Personne n’est supérieur à un autre que par la piété. Le plus pieux est le plus noble auprès de Dieu. Ni les biens ni les lignages ni les descendant n’ont de valeur dans la balance de Dieu mais ce sont la piété, la bonne conduite, la pureté du cœur, la crainte de Dieu, le dévouement et l’amour des gens qui ont une valeur. Dieu sait parfaitement ce que cachent les cœurs et il est bien informé des affaires des gens. Le Messager (qssl) a dit le jour de la conquête de la Mecque : « ô hommes ! Dieu vous a débarrassé du chauvinisme de l’époque de l’ignorance où on glorifiait les ancêtres. Les hommes sont de deux genres : un homme obéissant à Dieu, pieux et généreux, et un autre méconnaissant, malheureux qui n’a aucune valeur auprès de Dieu » Il a récité ensuite ce verset.

(14) Les Bédouins ont dit : « Nous croyons en Dieu et en Son Messager ». Dieu leur a répondu en ordonnant à Son Messager de leur dire : « La foi est croire tout en étant sûr et en ayant une entière confiance en Dieu, aussi cette foi doit-elle se refléter d’elle-même dans tus les actes de l’homme. C’est un degré auquel vous n’avez pas encore atteint. Mais dites : Nous sommes des musulmans, nous nous soumettons à Dieu avec obéissance. Si vous obéissez à Dieu, Il ne vous fera rien perdre de la récompense de vos œuvres. Dieu est Pardonneur, Il pardonne les péchés et es petites fautes à celui qui se repent et regrette d’avoir commis les péchés, il est Miséricordieux et ne châtie pas un homme pour un péché après lui avoir pardonné.

(15) Dans ce verset, Dieu - le Très Haut - définit aux hommes la foi, aussi précise-t-il : Les vrais croyants sont ceux qui croient en Dieu et en son Messager sans hésiter ni douter et qui sacrifient leurs personnes et leurs biens dans le chemin de Dieu et pour le triomphe de l’Islam. Ceux-là sont les croyants sincères.

(16) ô Muhammad ! Dis à ces Bédouins qui prétendent avoir la foi et disent qu’ils sont des vrais croyants : Dieu vous connaît mieux que vous-mêmes. Sa connaissance cerne tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, petit et grand, rien ne lui est caché. Ne pensez donc pas que vous pouvez lui cacher quoique ce soit de vos affaires et de votre religion. Evitez alors de dire le contraire de ce que vous pensez, car Dieu le sait et vous jugera.

(17) Les Banû Assad vinrent au Prophète (qssl) après avoir embrasse l’Islam et lui dirent : « ô Messager ! Nous nous sommes convertis à l’Islam. Les Arabes t’ont combattu, alors que nous ne l’avons pas fait ». Le Messager dit : « Ils raisonnent peu, et c’est le Diable qui parle par leur intermédiaire ».

Puis ce verset fut descendu dans lequel Dieu dit à Son noble Messager : Ces Bédouins sont venus vers toi pour te rappeler leur conversion à l’Islam avec vantardise et réclament pour cela un salaire. Dis-leur : « Ne considérez pas votre conversion à l’Islam comme une faveur que vous me faites, mais c’est tout au contraire une faveur dont Dieu vous a comblé en vous dirigeant vers la foi, si toutefois vous êtes sincères dans votre foi ».

(18) Dieu, le Très Haut, connaît l’inconnaissable des cieux et de la Terre, rien ne lui est caché, aussi connaît-il ce qu’il y a dans le cœur de ces Bédouins.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau