Portrait du Prophète

Portrait du Prophète

Hind ibn Abi Hâlah At Tamimy qui était habile descripteur des qualités du Prophète (qssl), le présente comme suit : Le Messager d'Allah (qssl) avait un visage somptueusement beau et rond, qui brillait comme la pleine lune. Il n'était ni trop petit, ni trop grand mais un peu au-dessus de la taille moyenne, ayant une tête somptueuse et des cheveux légèrement ondulés qui lorsqu'ils sont démêlés se dispersent, sinon ils ne débordent pas de ses oreilles lorsqu'ils sont fournis. Sa peau était d'une blancheur éclatante. Il avait un large front; des sourcils fins, longs, abondants et sans couplage entre eux, laissant couler la sueur en cas de colère; un nez aquilin et bien fait surmonté d'une lumière qui fait croire à l'observateur qu'il s'agit d'une montagne haute; une barbe épaisse; des joues rebondies et luisantes; une large bouche; des dents belles et espacées; des poils fins à la poitrine. Son cou était aussi beau que celui d'une poupée faite d'argent pur. Il avait un physique équilibré, ferme et cohérent, le ventre et la poitrine en harmonie; une large poitrine et de larges épaules, de grosses vertèbres, les poils formaient une ligne du haut de sa poitrine à son nombril. Ses pectoraux et son ventre étaient glabres. Ses bras, ses épaules et le haut de la poitrine étaient velus. Il avait de longs avant-bras, de larges paumes de main, de longs doigts, des mains et des pieds épais avec des extrémités fluides, les talons rarement en contact avec le sol lorsqu'il se déplaçait, des pieds lisses qui laissaient couler de l'eau. Il marchait de manière aisée et humble avec de larges pas. En marchant, il restait dressé comme s'il était sur une pente et, en se retournant, il le faisait de tout son corps. Il avait le regard chaste, les yeux plus fixés au sol qu'au ciel, la plupart de ses regard étant l'observation. Il conduisait ses compagnons et était le premier à saluer lorsqu'il rencontrait quelqu'un. J'ai dit : décris moi sa manière de parler. Il dit : Le Messager d'Allah était constamment préoccupé et méditatif, sans répit, il ne parlait pas sans besoin et était plutôt taciturne. Il débutait  et  clôturait son propos par le coin de la bouche. Il était concis et sage, juste sans futililités ni lacune dans ses prises de parole. D'un abord facile, il n'était  ni rude ni ignole. Il avait de la considération pour tout bienfait, aussi petit soit-il. Il ne critiquait pas un goût ni ne faisait son éloge. il ne se fâchait pas pour vie d'ici-bas et ni ne se mettait en colère pour elle. Il ne se fâchait ni ne se vengeait pour des raisons personnelles. Quant à sa pensée - ou sa méditation- elle portait sur ce qui était éternel et ce qui était appelé à disparaître. Sa magnanimité se trouvait dans sa patience. Rien ne le fâchait ni ne l'éffrayait. Il était doté de la réserve dans quatre choses : il prenait la meilleure chose pour servir de modèle, il laissait la mauvaise pour l'interdire, l'effort de la réflexion pour le bien de sa Communauté, l'engagement dans ce qui les rassemble dans la vie et l'au-delà. (Al Moudjamou Al Kabir 22/155).

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau