Tolérance et respect

Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Clément

La tolérance et le respect :

Préceptes de l'Islam

 

Introduction

Le monde contemporain est formé de sociétés qui incluent toutes sortes de croyances et d'idéologies.

Selon le Coran Dieu l'Unique a créé les hommes en diverses nations et tribus pour qu'ils se connaissent mutuellement et apprennent ainsi la culture, la langue, les modes de vie, les coutumes et traditions des uns et des autres.

Cette diversité est une richesse culturelle et une beauté de la création. Ceci est évoqué dans la sourate 49, verset 13 :

« O humanité ! Nous vous avons créés d'un seul couple, d'un homme et d'une femme, Nous vous avons répartis en nations et tribus afin que vous vous connaissiez les uns les autres (et ne vous vous méprisiez pas). En vérité, le plus digne devant Dieu est celui d'entre vous qui est le plus droit »

Les principes de la tolérance en Islam

La tolérance est un principe fondamental en Islam. C'est un devoir moral et religieux. La tolérance est le mécanisme qui assure les droits de l'homme, le pluralisme et le règne de la loi. Elle émane de la reconnaissance de :

- La dignité des êtres humains : la législation islamique reconnaît à tous les êtres humains le droit à la vie, à la protection des biens (la propriété), la progéniture et l'honneur.

- L'égalité fondamentale de tous les êtres humains, sans aucune distinction de la race, de la couleur, de la langue, etc ...

- L'universalité des droits de l'homme.

- La liberté fondamentale de pensée, de conscience, et de croyance.

Le fondement de la tolérance qui gouverne la conduite des musulmans vis-à-vis des autres convictions est du aux pensées et aux vérités que l'Islam cultive dans leur esprit et leur cœur.

La tolérance religieuse fait corps avec le Saint Coran lui-même où se trouvent les enseignements essentiels de la Tora révélée à Moise (Moussa) et de l'évangile inspiré à Jésus (Issa). En effet, l'Islam proclame qu'un lieu particulier unit les musulmans et les gens du livre (juifs et chrétiens). Il commande aux musulmans de mener tout dialogue et même de discuter des désaccords en matière de religion dans un esprit de courtoisie, de sensibilité et de bonne volonté et jamais avec hostilité ou violence.

«  Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. Et dites : « Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est le même, et c'est à Lui que nous nous soumettons ». S : 29, V : 46.

 

Cette tolérance musulmane, ne se limite pas uniquement aux gens du livre, mais s'étend à tous ceux qui aiment la vérité avec foi, sincérité, droiture. L'humanisme de l'Islam va même jusqu'à exiger des musulmans que même un polythéiste doit être protégé.

« ...Et si l'un de ceux qui associent quelqu'un d'autre à Dieu te demande asile, accorde-le lui, afin qu'il entende la parole d'Allah, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas... » S : 9, V : 6.

Les musulmans se sentent encouragés à entretenir de telles discussions dans un esprit d'amitié :

« ...Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c'est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s'égare de son sentier et c'est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés... » S : 16, V : 125.

Il est certes du devoir de tout musulman de transmettre le message universel de l'Islam par la raison et la persuasion :

« ...Nous t'avons envoyé à l'humanité entière, comme un annonciateur et un avertisseur... » Le Coran

Mais personne n'est tenu d'accepter par la force de la foi musulmane car :

« ...Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu'il croit en Dieu saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Dieu est Audient et Omniscient... » S : 2, V : 256.

« Or si ton seigneur voulait, tous ceux qui sont sur terre croiraient. Est-ce à toi de contraindre les gens à être croyants ? » (Yunus, Jonas 10 : 99)

Par conséquent, le musulman ne doit obliger personne à embrasser l'Islam et à renoncer à sa conviction.

Le musulman ne pourrait être et ne devrait être qu'un « semeur d'amour », mais sur une base de justice, d'équité et de respect avec autrui. C'est pourquoi, il n'admet aucune tolérance en cas d'injustice, d'oppression ou de violation des droits de l'homme.

Le Coran insiste sur la conception de la justice qui ne se limite à la race, la couleur, la croyance ou la nationalité et que la haine éprouvée contre un peuple n'empêche pas les croyants d'exercer la justice :

« ... Ne transgressez pas, car Allah n'aime pas les transgresseurs... » Le Coran

« ...que la haine d'un peuple ne vous incite point à user d'injustice, soyez justes, cela est plus proche que la piété ... » S : 5, V : 8.

« ...Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés ; et Dieu est certes capable de les secourir... » X : 22 ; V : 39.

Dieu l'Unique déteste l'injustice, quand bien même l'injustice serait commise par un musulman aux dépens d'un non musulman. Même quand ils sont en contact des peuples qui peuvent être hostiles envers eux et leur foi, les musulmans sont portés à prendre le chemin de la bonté, de la paix et à répondre avec patience et gentillesse :

« ...La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux... » S : 41 V : 34.

« ...C'est ainsi que nous fîmes de vous une communauté de juste milieu afin que vous soyez témoins contre les gens et que le Messager soit témoin contre vous » La Vache 2 : 143.

La justice ordonnée par Dieu l'Unique dans le Coran doit être assurée pour tous les hommes, quelles que soient leur religion, leur langue, leur race ou origine ethnique et culturelle. Cette justice ne dépend pas de l'endroit, du temps ni des personnes.

Et pourtant de nos jours, les gens subissent des traitements cruels et injustes dans le monde entier à cause de leur race, de leur couleur et de leur conviction...

La tolérance s'exerce à divers niveaux :

- entre les membres de la famille (mari et épouse, parents et enfants, frères et sœurs...) : la compassion, la tolérance, la clémence, la miséricorde, l'entraide et la solidarité entre les membres de la famille.

- entre les membres de la même communauté : tolérance entre les écoles juridiques et de jurisprudence, respect des opinions et des sensibilités culturelles, etc ...

- entre les musulmans et non musulmans : respect mutuel, dialogue et coopération inter-conventionnelle, relations interreligieuses et interculturelles, vie en harmonie et cohabitation pacifique : respect des lieux de cultes (églises, synagogues, temples...)

Un trait fondamental de la tolérance musulmane est que les non musulmans vivant dans un état musulman sont soumis aux sanctions légales prévues par leur propre législation, sans aucune ingérence de cet Etat.

 

Exemples de la tolérance musulmane dans l'histoire

Examiner l'histoire islamique permet de comprendre clairement comment les musulmans ont instauré un milieu libre et tolérant... A chaque époque, les musulmans se sont caractérisés par leur tolérance et leur miséricorde : tous les groupes ethniques au sein de cette communauté plurielle ont librement pratiqué leurs propres cultes, vécu leurs propres cultures et adoré Dieu à leur manière.

Nombres d'historiens non musulmans le confirment, notamment :

- l'historienne britannique Karen Armstrong, experte en histoire de l'orient (son livre : Holly War)

- Dans sont livre « the prospects of Islam » Brown écrit que la motivation des musulmans fut la fraternité de l'Islam.

- John L. Esposito, professeur en matière de religion et de relations internationales à l'université de Georgetown, décrit comment les juifs et les chrétiens qui sont entrés sous l'administration des états musulmans ont profité d'une grande tolérance.

Dans les terres aux alentours de Jérusalem, qui ont été régies par les musulmans pendant de longs siècles, la paix et la tolérance sont maintenant remplacées par la guerre et le conflit.

L'Espagne musulmane était un bel exemple de tolérance et de cohabitation pacifique, ce qui a fait l'unanimité des historiens. Les musulmans avaient été accueillis en libérateur au VIIIème siècle où ils avaient fait de Cordoue le centre de culture le plus rayonnant de l'Europe.

L'histoire nous apprend aussi que des charges furent confiées dans les états musulmans à ceux qui s'y montraient les mieux qualifiés, indépendamment de leurs croyances et de leurs antécédents.

Ceci n'a rien d'étonnant puisque les pratiques justes et tolérantes du Prophète Mohamed (qssl) envers les non musulmans et plus particulièrement les juifs et les chrétiens constituent des bons exemples pour sa communauté :

- contrat de confraternité entre les Mecquois et les Médinois,

- contrat conclus entre les juifs et les Chrétiens de Najran,

- contrat de non agressivité avec les païens de la Mecque « la réconciliation d'Al Hodaybiya »

- la conquête de la Mecque pacifiquement et dans un esprit de tolérance : selon les mots de John Esposito, expert occidental en matière d'Islam, « évitant la vengeance et le pillage, le Prophète a à la place accepté un accord, accordant ainsi l'amnistie à ses ennemis plutôt que de manier l'épée. »

Le musulman doit avoir une attitude tolérante et clémente à l'égard des non musulmans.

Le Prophète de l'Islam a dit :

« ... Celui qui maltraite un sujet non musulman ou l'accable me trouvera sur son chemin... »

Ailleurs, il a dit aussi :

« ... celui qui fait du mal à un juif ou à un chrétien trouvera en moi son adversaire au jour du jugement ... »

 

Les successeurs du Prophète Mohamed (qssl) ont poursuivi sa politique de tolérance et de miséricorde.

Par conséquent :

L'Islam religion de paix, de miséricorde et de tolérance :

-  Unit les messages et les messagers précédents et les reconnaît comme célestes,

- Appelle à la fraternité entre les hommes et leur rappelle leur origine et leur appartenance au genre humain.

- Proclame le respect de la dignité humaine et la non-discrimination raciale.

- Recommande le respect de traiter même avec les ennemis.

- Enseigne l'unité de la famille humaine et la proclamation faite par l'Islam que les meilleurs des hommes auprès de Dieu est celui qui se rend le plus utile à cette famille.

- Appelle à une meilleure connaissance mutuelle, à la coopération dans le bien et à une entraide dans tous les domaines parmi les hommes, sans aucune considération pour la race et la croyance.

- Enseigne la liberté de pensée et de conscience et l'interdiction de toute contrainte en matière de croyance.

Constat

Dans les sociétés corrompues de notre époque, chacun vit avec l'inquiétude du mal qui lui arrivera à cause d'un autre. Avec le temps les sentiments humains tels la tolérance, la compassion, l'amitié et la coopération se perdent et laissent place à la haine. L'intolérance gagne du terrain dans le monde aujourd'hui, semant la mort, la violence, des affrontements à différents niveaux. Tantôt, il s'agit d'une intolérance raciale et ethnique tantôt d'une intolérance religieuse et idéologique et tantôt d'une intolérance politique et sociale...

Dans tous les cas l'intolérance est néfaste et douloureuse.

- Comment pouvons-nous affirmer nos propres croyances et nos positons sans être intolérants envers les autres ?

- Comment pouvons-nous promouvoir la tolérance dans le monde et dans nos sociétés multiculturelles et multi-conventionnelles ?

Espoir

La tolérance est une des conditions minime de la paix sociale, mais ne garantit pas pour autant l'enrichissement de la diversité des opinions et des croyances.

Le dialogue est un dépassement de l'accueil, la reconnaissance de l'autre, l'acceptation de la différence. La connaissance mutuelle exorcise les peurs et favorise la compréhension respective. La rencontre de l'autre convie chacun à approfondir ses propres écritures et à revisiter sa propre traduction.

Ce n'est que dans le respect de l'autre et de sa liberté que le dialogue peut exister ainsi que s'épanouir. La reconnaissance de l'autre passe par la tolérance, son respect et son acceptation tel qu'il est dans sa foi et ses convictions.

 « ...Si Dieu l'avait voulu, il aurait fait de vous une communauté unique. Il ne l'a toutefois pas fait, afin de vous éprouver en ce qu'il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C'est vers Dieu qu'est votre retour à tous ; alors il vous informera de ce en quoi vous divergiez ... » S : 5, V : 48.

 

Les principes de l'Unesco concernant la tolérance

« Conformément au respect des droits de l'homme, pratiquer la tolérance, ce n'est ni tolérer l'injustice sociale, ni renoncer à ses propres convictions, ni faire des concessions à cet égare ; la pratique de la tolérance signifie que chacun à le choix de ses convictions et accepte que l'autre jouisse de la même liberté. Elle signifie l'acceptation du fait que les êtres humains, qui se caractérisent mutuellement par la diversité de leur aspect physique, de leur situation, de leur mode d'expression, de leurs comportements et de leurs couleurs, ont le droit de vivre en paix et d'être tels qu'ils sont. Elle signifie également que nul ne doit imposer ses opinions à autrui. »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau