A MEDITER

 
  
  
QUEL BEAU POEME.
  
 
 
 
 

لا دار للمرء بعد الموت يسكنها ***إلا التي كان قبل الموت يبنيها
 

فإن بناها بخير طاب مسكنه ***وإن بناها بشر خاب بانيها

 

الموت باب وكل الناس داخله ***يا ليت شعري بعد الموت ما الدار
 

الدار دار نعيم إن عملت بما ***يرضي الإله وإن فرطت فالنار


 
   Une belle histoire à méditer, surtout en ce moment !!!
  
  
Une petite souris
Une petite souris observait à travers la fente d'un mur le fermier et sa femme ouvrir un colis. Quelle est donc la nourriture que ce colis cache? se demanda la souris. Quel ne fut pas un choc que de découvrir qu'il s'agissait d'une trappe à souris!
Elle se hâte donc à la grange pour proclamer le sévère avertissement : Il y a une trappe à souris dans la maison! Il y a une trappe à souris dans la maison!
Le poulet caquette, se gratte le dos et levant le cou, il répondit:
"Monsieur Souris, je comprend que cela est un problème pour vous mais cela n'a aucune conséquence pour moi. Cela ne me dérange pas."
La Souris se tourna donc vers le mouton et lui dit :
Il y a une trappe à souris dans la maison! Il y a une trappe à souris dans la maison!
Le mouton se montra sympathique mais répondit :
"Je suis très peiné Monsieur Souris mais je ne peux rien faire si ce n'est de prier mais soyez assuré de mes prières."
La Souris se tourna alors vers le bœuf et lui lança son cri d'alarme : Il y a une trappe à souris dans la maison! Il y a une trappe à souris dans la maison!
Et le boeuf de répondre:
" Eh bien Monsieur Souris, je suis peiné pour vous mais cela ne me fait pas un pli sur le ventre!"
C'est ainsi que Monsieur Souris s'en retourna à la maison, la tête basse et découragé d'avoir à affronter seul la trappe à souris du fermier. Dans la nuit qui suivit, un bruit étrange fut entendu dans la maison, un bruit qui ressemblait à celui d'une trappe à souris qui avait saisi sa proie. La femme du fermier se précipita pour voir ce qui avait été attrapé mais dans la noirceur, elle ne vit pas que la queue d'un serpent vénéneux avait été happé par la trappe à souris. Affolé, le serpent mordit la femme du fermier qui s'empressa de la conduire à l'hôpital, mais hélas, elle revint à la maison avec une forte fièvre. Et tout le monde sait bien qu'il faut soigner une forte fièvre avec une soupe au poulet et le fermier sortit donc sa machette pour apporter le principal ingrédient pour la soupe.
Mais la maladie de la femme du fermier empirait à ce point que tous les amis et les voisins vinrent veiller 24 heures sur 24 à son chevet. Pour les nourrir, le fermier dut faire boucherie avec le mouton. Mais la femme du fermier ne prit pas de mieux et elle finit par mourir. C'est ainsi que beaucoup de gens vinrent à ses funérailles et le fermier dût abattre le boeuf pour servir assez de viande à tout ce monde.
Monsieur Souris surveillait tout ce va-et-vient de par la fente du mur en ressentant une grande tristesse
MORALITE :
Ainsi donc, la prochaine fois que vous entendrez dire qu'une de vos connaissances est aux prises avec un problème qui ne vous concerne pas, souvenez-vous que lorsqu'un des nôtres est menacé, nous sommes tous en danger. Nous sommes tous impliqués dans ce voyage qu'on appelle la vie. Ayons l'oeil ouvert sur nos proches et faisons un effort pour s'encourager mutuellement.
 
 
 
 
LA RICHESSE EST ENTRE LES MAINS D'ALLAH
 
 
عَلَيكَ بِتقوى الله إن كنت غافلا
 
يأتيك بالأرزاق من حيث لاتدري
 
فكيف تخاف والله رازق
 
فقد رزق الطير والحوت في البحر
 
ومن ظنٌ أنٌ الرزق يأتي بقوة
 
ما أكل العصفور شيئا مع النسر
 
تزول عن الدنيا فإنك لا تدري
 
إذا جنٌ عليك اللٌيل هل تعيش الى الفجر
 
فكم من صحيح مات من غير علٌة
 
وكم سقيم عاش حيناً  منٌ الدهر
 
وكم من فتى أمسى وأصبح ضاحك
 
اوأكفانه في الغيب تنسج وهو لا يدري
 
فمن عاش آلفًا وألفين
 
فلا بدٌ من يوم يسير الى القبر
 
 
Crois en Dieu si tu es dissipé
Arrivera ta richesse d'où tu ne t'y attends pas
Pourquoi as-tu peur alors que Dieu enrichit
N'a-t-il pas nourri l'oiseau et le poisson en mer?
Qui croit que la richesse vient avec force
N'aura jamais mangé l'oiseau devant le vautour
Tu penses à la richesse de ce monde ne sachant pas
Si en passant la nuit tu te réveilleras
Combien d'Hommes sains sont morts sans aucun mal
Et combien d'Hommes malades vécurent des années
Et combien de jeunes veillèrent et se levèrent en souriant
Alors que leur linceul en silence se tissait
Même si tu vis mille ou deux mille plombes
Viendra un jour où tu iras dans la tombe.
 
(traduction Kouider.E)
 
Les trois filtres du savant
 
 
Une belle morale à méditer.
 
Il était une fois, à l’époque des califes abbassides, dans la capitale musulmane Bagdad, un grand savant connu pour sa sagesse. Cet homme avait passé sa vie à étudier le Coran et les paroles du Prophète (qssl) et il était très pieux. Jamais on ne l’entendait dire du mal de quelqu’un, se moquer des autres, ni répéter des paroles inutiles. Tout le monde l’aimait, car il avait toujours une parole gentille ou un sourire pour les gens qu’il rencontrait, et il était toujours prêt à aider les autres.
Un jour, l’un de ses voisins vint le trouver :
«As-salamou alaykoum !»
«Wa alaykoum as-salam wa-rahmatou Ilahi wa-barakaouhou» répondit le savant.
«Sais-tu ce qu’on vient de me dire à propos de ton ami Abdallah ?» poursuivit le voisin.
«Attends un peu, répliqua le savant, je vois que tu brûle d’envie de me dire quelque chose. Mais avant que tu me le dises, j’aimerais te faire passer un petit test. Cela s’appelle le test des trois filtres…»
«Des trois filtres ?» s’étonna le voisin.
«Exactement, poursuivit le voisin. Avant que tu me parles de mon ami, ce serait une bonne idée de prendre le temps de filtrer ce que tu comptes me dire. Nous allons faire passer ce que tu voulais me dire dans trois filtres : ce qui en restera, tu pourras me le dire. C’est pourquoi j’appelle cela le test des trois filtres. Tu es prêt ?»
«Oui» répondit l’homme, de plus en plus étonné. (En effet, quand il bavardait avec ses voisins, il n’avait pas l’habitude de prendre autant de précautions).
«Commençons, dit le savant, le premier filtre est celui de la vérité. As-tu bien vérifié que ce que tu me dis est vrai ?»
«Non, répondit l’homme. En fait, on vient juste de me le raconter et…»
«Bien, dit le savant. Donc, tu n’es pas du tout sûr que ce soit vrai. Le filtre de la vérité n’a pas gardé ce que tu voulais me dire. Essayons maintenant le second filtre, celui du bien. Est-ce que ce que tu voulais me dire son mon ami est quelque chose de bien ?»
«Euh non, au contraire….»
«Ah, poursuivit le savant. Donc tu voulais me dire quelque chose de mal sur mon ami, mais tu n’es pas certain que ce soit vrai. Je ne sais pas si je vais pouvoir t’écouter. Mais peut-être que tu réussiras quand même le test, car il reste encore un filtre : le filtre de l’utilité. Si tu me dis ce que tu voulais me dire sur mon ami, est-ce que cela me sera utile ?»
«Euh, bien, non pas vraiment…»
«Alors, conclut le savant, si ce que tu voulais me dire n’est pas vrai, n’est pas bien et n’est même pas utile, ce n’est pas la peine de me le dire, tu ne crois pas ?»
 
Les paroles peuvent faire beaucoup de mal, et il ne faut pas les répandre n’importe comment. Une parole qui n’est ni vraie, ni bonne, ni utile ne vaut pas la peine d’être dite.
Alors avant de dire quelque chose, ou de répéter ce qu’on t’a raconté, n’oublie pas de soumettre tes paroles au test des trois filtres ! Cela t’évitera certainement des péchés.
Allah nous dit dans le Coran :
«O vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair (de crainte) que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avait fait. »
Sourate 49, Al Hujurat (Les appartements), verset 6.

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site