Marengo mon Amour

Kiosque


 

 

*****bismillahir-Rahmanir-Rahim بسم الله الرحمن الرحيم *****L'ISLAM EST UNE RELIGION DE PAIX*****

 

 

 

12/09/2016

Aid animee

 
C'est sur le mont Arafat, aussi appelé Mont de la Miséricorde, que le prophète Mohamed (asws) aurait prononcé son dernier sermon, le «discours de l'adieu».
 
 
Le Jour où il arriva au Mont Arafat, il prononça un discours dont voici le texte :
 
"Ô Musulmans, écoutez moi, j'ignore si l'année prochaine, nous pourrons nous rencontrer en ce même endroit. Votre sang et vos biens sont sacrés, comme le sont ce jour, ce mois et cette ville. Je proscris tout ce qui se rapporte à l'ère préislamique, la vengeance propre à cette période est désormais interdite, à commencer par celle d'Ibn Rabiâ Ibn Al Hareth, l'usure propre à la Jahiliya (ère de l'ignorance) est également interdite, à commencer par celle d'Al Abbas Ibn Abdelmottaleb."Ô Musulmans, le démon n'espère plus être adoré sur votre terre. Mais s'il est écouté, il se satisfera de celles de vos actions que vous méprisez. Craignez le pour votre religion.""Ô Musulmans, le mois intercalaire n'est qu'un surcroît d'infidélité ; les incrédules s'égarent ainsi ; une année, ils le déclarent non sacré, afin de se mettre en accord sur le nombre de mois que Allâh a déclaré sacrés. Ils déclarent ainsi non sacré ce que Allâh a déclaré sacré."Le temps a accompli un cycle complet comme au jour où Allâh a créé les Cieux et la Terre. L'année est de douze mois. Quatre de ces mois sont sacrés, dont trois successifs : Dhoul Qida, Dhoul Hijja et Al Muharram, et le mois situé entre Joumada et Chaaban."Craignez Allâh en vos femmes, car vous les avez prises selon un pacte que vous avez conclu avec Allâh, et ce n'est qu'avec la permission d'Allâh que vous cohabitez avec elles. Elles ont des droits sur vous, et vous avez des droits sur elles. Elles ne doivent accueillir personne chez vous sans votre accord. Si elles s'avisent de le faire, frappez les modérément. En revanche, elles sont en droit d'exiger de vous que vous les entreteniez"."Réfléchissez bien à ce message que je vous ai communiqué, Ô Musulmans. Je vous laisse deux guides qui ne vous permettront pas de vous égarer, si vous vous y conformez : le Livre d'Allâh et la Tradition de Son Prophète."Ô Musulmans, écoutez et obéissez, même si vous êtes gouvernés par un esclave éthiopien au nez coupé, tant qu'il vous gouverne en se conformant au Livre d'Allâh le Très Haut. Quant à vos gens de maisons (domestiques), nourrissez les de vos plats et habillez les de vos vêtements. S'ils commettent une faute que vous ne leur pardonnez pas, vendez les, "Ô Serviteurs d'Allâh, mais ne les faites pas souffrir."Ô Musulmans, écoutez moi et soyez raisonnables. Vous savez que les Musulmans sont frères. Un Musulman n'a droit qu'à la part des biens de son frère qu'il lui cède de plein gré. Ne soyez pas injustes envers vous mêmes. Ai-je bien transmis le message ? Vous comparaîtrez un jour devant Allâh, c'est pourquoi vous devrez éviter de vous égarer et de vous entretuer après ma mort. Que ceux qui sont ici présents transmettent ce message aux absents, ils le comprendront peut être mieux que ceux qui l'auront écouté. Vous serez interrogés à mon sujet, que direz vous alors ?Et la foule de répondre : "Nous certifions que tu nous a communiqué ton message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils".Le Prophète (saws) leva l'index vers le ciel puis le pointa dans la direction de la foule en déclarant à trois reprises : "Ô Mon Allâh, sois en témoin"."Ô Mon Allâh, sois en témoin". "Ô Mon Allâh, sois en témoin". Allâh révéla à Son Messager (saws) le verset suivant : {Aujourd'hui, j'ai rendu votre religion parfaite ; j'ai parachevé ma grâce sur vous et j'agrée l'Islam comme étant votre religion} (5/3)
 
Abou Oumama Al Bâhilî a dit : "J'ai entendu le Messager d'Allâh dire dans son sermon du pèlerinage d'adieu : "Craignez pieusement Allâh, faites vos cinq prières quotidiennes, observez le jeûne de votre mois (Ramadhân), acquittez l'aumône légale de vos biens et obéissez à vos chefs et vous serez alors dans le Paradis de votre Seigneur". (At-Tirmidhi)Le Messager d'Allâh (saws) ne quitta le Mont Arafat qu'au coucher du soleil.

11/09/2016

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

photo-arafat-mea.jpg



D'après Abou Qatada (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a été interrogé concernant le jeûne du jour de 'arafat. Il a dit: « Il expie l'année précédente et l'année en cours ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1162)


عن أبي قتادة رضي الله عنه سئل رسول الله صلى الله عليه و سلم عن صوم يوم عرفة فقال: يكفر السنة الماضية و الباقية
(و مسلم في صحيحه رقم ١١٦٢)


D'après Abou Qatada (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le jeûne du jour de 'arafat, j'espère d'Allah qu'il expie l'année qui suit et l'année qui précède ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°749 qui l'a authentifié et authentifié également par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)
 

عن أبي قتادة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : صيام يوم عرفة إني أحتسب على الله أن يكفر السنة التي بعده والسنة التي قبله
(رواه الترمذي في سننه رقم ٧٤٩ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن الترمذي)

 

 

02/08/2016

Dix premiers jours de Dhû El Hidja : 5 actions recommandées à ne pas laisser passer

 

Louange à Allah, Seigneur de l’univers, que le Salut et les Prières d’Allah soient sur le maître des Messagers… Par Ses Faveurs et Sa Grâce, le Seigneur a offert à ses pieux serviteurs certaines occasions à certaines périodes de l’année durant lesquelles ils ont l’opportunité de s’épanouir. Parmi ces rendez-vous, il y a les dix premiers jours de Dhû El Hidja. Selon ibn ‘Omar qu’Allah l’agrée, le Messager d’Allah – a déclaré : « Il n’y a pas de jours où les œuvres sont meilleures que les fameux dix premiers jours de Dhû el Hidja. Multipliez-y la proclamation de l’Unicité d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. » rapporté par Ahmed

Les actions recommandées durant cette période

1- La prière

Il est recommandé de se présenter tôt aux cinq prières prescrites, et de redoubler de prières surérogatoires étant donné qu’elles sont considérées parmi les meilleurs actes de dévotions. Thawbân -qu’Allah l’agrée-  nous rapporte : « J’ai entendu dire le Messager d’Allah – paix et bénédictions sur lui- : « Multiplie les prosternations devant Allah, il n’y a pas une prosternation que tu puisses faire sans que le Seigneur ne t’élève par elle d’un degré, et ne t’enlève par elle, un péché. »[1] En l’occurrence, ce mérite est valable à toutes les époques de l’année.

2- Le jeûne

Etant donné qu’il fait partie des bonnes œuvres. Ainsi, selon Hunaïda ibn Khâlid, d’après sa femme, selon certaines épouses du Prophète – paix et bénédictions sur lui-  : « Le Messager d’Allah jeûnait les neuf premiers jours de Dhû el Hidja, le jour de ‘Âshûra, et trois jours tous les mois. » [2] L’érudit e-Nawawî précise à ce sujet qu’il est fortement recommandé de jeûner au cours de ces dix jours.

3- Proclamer l’unicité d’Allah, Sa Grandeur et Ses Louanges

Conformément au Hadith rapporté par ibn ‘Omar  -qu’Allah l’agrée- : « Multipliez-y la proclamation de l’Unicité d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. » L’érudit el Bukhârî a confirmé : « Ibn ‘Omar et Abû Huraïra se rendaient au marché pendant les dix premiers jours de Dhû el Hidja ; et ils y clamaient la grandeur du Seigneur (en disant Allah Akbar), cela incitait les gens à en faire autant. » Dans ce registre, il a dit : « Sous sa tente à Mina, ‘Omar  -qu’Allah l’agrée-  clamait la grandeur d’Allah. Les gens présents dans la mosquée l’écoutaient et se mettaient à l’imiter. Dès lors, cet élan a gagné tous les marchés de sorte que tout Mina vibrait. »

Ainsi, ces jours-là Ibn ‘Omar  -qu’Allah l’agrée-  prononçait à Mina cette formule (Allah Akbar), après les prières, dans son lit, sous sa tente, lors de ses rencontres, dans ses allées et venues sans s’arrêter une seule journée. Il est aussi recommandé de le faire à voix haute conformément à la pratique d’Omar, d’Ibn ‘Omar et d’Abû Huraïra  -qu’Allah les agrée-  Il nous est donc désigné, en tant que musulman de faire revivre cette tradition négligée à notre époque.Malheureusement, elle est pratiquement devenue inexistante, même par les gens les plus religieux contrairement à la pratique de nos Pieux Prédécesseurs.

Les différentes formules à dire :

a- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar Kabîra [3] !

b- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n’y a d’autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah reviennent les louanges.

c- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n’y a d’autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah reviennent les louanges.

4- jeûner le jour de ‘Arafa

Le jeûne se confirme le jour de ‘Arafa comme il est certifié à travers le hadith prophétique : « J’aspire à ce qu’Allah absolve mes péchés de l’année précédente et de l’année suivante. » [4]. Toutefois, celui qui se trouve à ‘Arafa –pour le pèlerin en l’occurrence –, il ne lui est pas recommandé de jeûner étant donné que le Prophète – paix et bénédictions sur lui- n’a pas jeûné à ‘Arafa.

5- les faveurs du jour de l’immolation

Bon nombre de musulmans ne considèrent pas ce jour illustre à sa juste valeur, ils ne tiennent pas compte de son importance et de sa faveur immense. Pourtant, certains savants considèrent qu’il est le meilleur jour de l’année dans l’absolu. Ils le préfèrent même au jour de ‘Arafa. À cet effet, ibn el Qaïyam a souligné : « Le meilleur jour auprès d’Allah, c’est le jour de l’Immolation (Nahr), il est le grand jour du Pèlerinage. » Par ailleurs, d’après la compilation d’Abû Dawûd (e-Sunan), selon le Prophète – paix et bénédictions sur lui- : « Le jour le plus illustre auprès d’Allah, c’est le jour de l’Immolation, ensuite vient le jour du séjour. » Ce fameux jour du « séjour » correspond au lendemain de l’Aïd, le 11ème jour de Dhû el Hidja, le jour où les pèlerins s’établissent à Mina. Il est dit aussi que le jour de ‘Arafa est plus illustre, car jeûner à cette occasion permet d’absoudre deux années de péchés consécutives. Il n’y a pas un jour également où le Seigneur affranchit autant de Ses serviteurs de l’Enfer que le jour de ‘Arafa. Ce fameux jour, Allah Le Très Haut se rapproche de Ses créatures. Puis, Il fait l’éloge à Ses anges des pèlerins présents à ‘Arafa. Cependant, la première tendance est la plus vraisemblable, il est vrai que le Hadith sur le sujet est incontournable. Or, que ce jour soit meilleur ou non, l’essentiel c’est de lui accorder l’importance adéquate, en veillant à ne pas manquer cette opportunité, et à se voir combler de ses faveurs. Cela concerne aussi bien le pèlerin que toute autre personne.

Par Sheïkh ibn el ‘Uthaïmîn qu’Allah lui fasse miséricorde

[1] Rapporté par Muslim.

[2] Rapporté par Ahmed, Abû Dawûd et Nasâî.

[3] Allah est Grand énormément

[4] Rapporté par Muslim.

30/08/2016

OU SONT LES FLICS POUR VERBALISER?...

Photos religieuses

ROBE De BURE , c'est la tenue que portent les soeurs au quotidien. Donc si elles se baignent avec dans la mer , celle-ci devient une BUREKINI.

Alors Monsieur Emanuel Vals vous devriez valser avec le Burkini , Mariane qui montre son sein dont vous faite l'apologie  et le BUREKINI.

24/08/2016

Les 3 niveaux de consciences

Niveaux de conscience

Il existe plusieurs niveaux de consciences pour un être Humain sur Terre dont voici les 3 principaux.

- 1er état qui est le plus bas niveau = l'aveuglement total. C'est vivre dans la matrice sans prendre assez de recul et de hauteur pour apercevoir ce qui se cache derrière le miroir.

- 2ème état intermédiaire = Celui où vous commencez à être éveillé et à voir le monde tel qu'il est et non pas comme on veut nous le montrer.

- 3ème état final = C'est lorsque vous êtes pleinement éveillé. Le début de l'élévation spirituelle.

Les livres symbolisent le savoir et la connaissance qui sont les clés du changement contrairement à l'ignorance qui par opposition est un poison pour notre Humanité. Ce dessin est simple mais très explicite, il en dit long sur le monde dans lequel nous vivons.

A vos miroirs ces derniers ne servent pas qu'à se coiffer, se maquiller ou se mettre du gel dans les cheveux. 

 

22/07/2016

INVITATION

Slimania de Hadjout et El Manara de Cherchell animeront la soirée de clôture des soirées Andalouses de la wilaya de Tipasa le samedi 23 juillet à 22h00 à la villa Angelvy,Tipasa.Vous avez deux accès, une porte sur la piétonnière côté entrée des ruines romaines ou au niveau du port tout à fait au fond, vous avez un chemin sans issue à gauche , vous aurez le portail de villa en face.

Entrée libre, soyez nombreux.

 

20/07/2016

Ce hadith est adressé à ceux qui font du bizness au dépens de ce que l'islam nous enseigne et aussi à  celles qui font le hadj et la omra pour qu'on dise que ce sont des hadjettes. Allah yahdina. Allah dit: pour celui qui en a les capacités physiques et financières et tout le reste. Il y a matière à discuter sur le sujet pour de plus amples renseignements. Rdv sur notre page facebook.

Une femme ne fait pas le hajj sans qu'il y ait avec elle un mahram
 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après 'Abdallah Ibn 'Abbas (qu'Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Une femme ne fait pas le hajj sans qu'il y ait avec elle un mahram (*) ». 
Un homme a dit: Ô Messager d'Allah! J'ai certes été inscrit pour telle expédition et ma femme est partie faire le hajj ? 
Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: Retourne et fais le hajj avec elle ».
(Rapporté par Al Bazzar et authentifié par cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°3065)

(*) L'imam Ibn Qoudama Al Maqdisi (mort en 620 du calendrier hégirien) a dit: « Le mahram est l'époux de la femme ou tout homme avec qui il lui est définitivement interdit de se marier pour une cause de parenté (1) ou une cause permise (2) ».
(Kitab Al Hajj Min Omda Al Fiqh)

(1) Comme son frère, son fils, son père...
(2) Une cause permise est par exemple l'allaitement: le frère de lait d'une femme est son mahram.

 

عن عبد الله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا تحج امرأة إلاّ و معها محرم قال رجل: يا نبي الله! إني اكتتبت في غزوة كذا و امرأتي حاجة ؟ قال النبي صلى الله عليه و سلم: ارجع فحج معها 
(رواه البزار و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٠٦٥)

10/07/2016


J'AI MANGE DE LA SARDINE ET DE LA MORUEPéépéééééééé....

 

DANS LE CANARD CONFIT ET LE FOIE GRAS.....

 

HOUI HOUI HOUI C'EST UN REGAAAAAAALLLLLL

 

POURTOUGOOOOOOLLLLLL 11 FRANCE 0

 

 

 

 

Aid moubarek 1

30/06:2016

Les signes de la nuit du destin
 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après 'Abdallah Ibn 'Abbas (Qu'Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit à propos de la nuit du destin : « C'est une nuit douce, ni chaude ni froide après laquelle le soleil se lève avec une légère rougeur ».
(Rapporté par Ibn Khouzeima dans son Sahih n°2192 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sahih Ibn Khouzeima)
 

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم في ليلة القدر : ليلةٌ طَلْقَةٌ لا حارَّةٌ ولا باردةٌ تُصْبِحُ الشمسُ يومَها حمراءَ ضعيفةً 
(رواه ابن خزيمة في صحيحه رقم ٢١٩٢ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق صحيح ابن خزيمة)


Oubay Ibn Ka'b (qu'Allah l'agrée) a dit concernant la nuit du destin : Son signe est que le soleil se lève le matin qui la suit clair et sans rayon.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°762)

Et dans une autre version dans Sahih Mouslim n°1169, Oubay Ibn Ka'b (qu'Allah l'agrée) a dit : Le signe dont le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) nous a informé...
 

عن أبي بن كعب رضي الله عنه أنه قال في ليلة القدر : أمارتُها أن تطلعَ الشمسُ في صبيحةِ يومِها بيضاءَ لا شُعاعَ لها 
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٧٦٢)
 

و في رواية أخرى في صحيح مسلم رقم ١١٦٩ : العلامة التي أخبرنا رسول الله صلى الله عليه و سلم


D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée) : nous avons mentionné la nuit du destin auprès du Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) alors il a dit : « Lequel d'entre vous se rappelle lorsque la lune s'est levée alors qu'elle avait la forme d'une demi-écuelle ? ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1170)
 

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : تذاكرنا ليلةَ القدرِ عند رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ فقال : أيكم يذكرُ حين طلع القمرُ وهو مثلُ شِقِّ جَفْنَةٍ ؟ 
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١١٧٠)


Que faisaient les compagnons du Prophète durant la nuit du destin ?

D'après 'Abdallah Ibn Ouneys (qu'Allah l'agrée) : J'ai dit : Ô Messager d'Allah ! Il y a un endroit dans la campagne dans lequel je reste et prie là-bas et toute la louange revient à Allah. Ainsi ordonne moi une nuit dans laquelle je viendrai à cette mosquée (1).
Le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit : « Viens la vingt troisième nuit »
Muhammad Ibn Ibrahim a demandé au fils de 'Abdallah Ibn Ouneys (qu'Allah l'agrée) : Comment faisait ton père ?
Il a dit : Il rentrait à la mosquée au moment où il priait le 'asr (2) et il n'en sortait pas jusqu'au sobh sauf pour un besoin. Quant il avait prié le sobh il trouvait sa monture à la porte de la mosquée et il retornait à son endroit dans la campagne.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1380 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

(1) C'est à dire qu'il voulait se rendre à la mosquée du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) pour y adorer Allah durant la nuit du destin
(2) C'est à dire le 22e jour de Ramadan
Ces commentaires sont tirés de Awn Al Ma'boud Bi Charh Sounan Abi Daoud
 

عن عبدالله بن أنيس رضي الله عنه قال : قلت : يا رسول اللهِ ! إن لي بادية أكون فيها وأنا أصلي فيها بحمد الله فمرني بليلة أنزلها إلى هذا المسجد
فقال رسول الله صلى الله عليه و سلم : انزل ليلة ثلاث وعشرين
سأل محمدُ بن إبراهيم بنَ عبدالله بن أنيس : كيف كان أبوك يصنع ؟
قال : كان يدخل المسجد إذا صلى العصر فلا يخرج منه لحاجة حتى يصلي الصبح فإذا صلى الصبح وجد دابته على باب المسجد فجلس عليها فلحق بباديته 

(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٨٠ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

29/06/2016

LES 10 DERNIERS JOURS...

Certes ces dix derniers jours du mois de Ramadhan, 10 jours bénis, et parmi ses avantages et ses mérites c'est l'espoir d'avoir la nuit du destin, celle dont Allah a fait l'éloge dans Son Livre et dont le Messager d'Allah a incité (prières et salutations sur Lui) à sa veillée (qyamiha) et Il a dit :

« Quiconque observe la nuit du destin par foi et quête de la récompense [d'Allah], ses péchés antérieurs lui seront pardonnés. »

[Al-Boukhary]

Et dans le Noble Qur'an, qu'elle est meilleure que mille mois, Allah le très-haut dit (traduction rapprochée) :

"La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois" (sourate la destinée 97 verset 3)

Les actes durant cette nuit sont meilleures que mille mois (d'actes) pour celui qu'Allah lui a donné le succès.

Et le Messager d'Allah (prières et salutations sur Lui) a dit:

celui qui veille la nuit du destin, avec foi et en espérant la récompense avec foi véridique en son mérite, et en quête de sa récompense promise

« Quiconque observe (la nuit du destin) par foi et quête de la récompense [d'Allah], ses péchés antérieurs lui seront pardonnés. »

[Al-Boukhary]

Et cette nuit Allah l'a dissimulé dans ce mois, mais le plus probable est qu'elle soit dans les dix derniers jours, et parmi les nuits impaires, la nuit du 21ème jour ou du 23ème jour ou du 25ème jour ou du 27ème jour ou du 29ème jour, c'est parmi ces nuits qu'il est le plus probable qu'elle se trouve , et la majorité des savants estiment qu'il est fort probable qu'elle soit la 27ème nuit

Dans tous les cas, celui qui veille en adoration durant ces nuits, recherchant sa récompense, croyant en son mérite a obtenu un grand bien. 

Et Allah donne à qui Il veut (de Sa grâce).

Quant à celui qui veille une partie ces nuits et en délaisse une autre, rien ne lui assure qu'il est atteint la nuit du destin, car il se peut qu'elle fut dans une des nuits qu'il a délaissé.

Et cette nuit a beaucoup de mérite :

-premièrement, c'est la nuit où a été descendu le Qur'an

Le très-haut dit (traduction rapprochée) :

« Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr. » (sourate la destinée 97 verset 1)

-Et le deuxième mérite, est qu'elle est meilleure que mille mois

-Et le troisième mérite et qu'est destinée les actes et le terme (de chacun) annuellement

les termes et actes et la durée de vie sont écrit dans la table préservée (al lawh mahfoudh) 50000 ans avant qu'Allah ne crée les cieux mais ceci est la prédestination générale quant à la prédestination spécifique, c'est durant la nuit du destin qui est destiné tout ce qui s'est passé durant l'année c'est pour cela fut appelée la nuit du destin.

26/06/2016

La nuit du destin , LAYLATOU EL-KADR

 le samedi 25 juin correspondait au vingtième jour du mois de Ramadan. La 21 ème nuit débutera  à partir de la prière du maghrib.

Cette nuit, nuit impaire parmi les dix derniers nuits, est peut-êtreLaylatul Qadr, la nuit du Destin.

La nuit du Destin est une des dernières nuits impaires du mois de ramadan. Beaucoup de gens pensent que la nuit du Destin est la nuit du 27 du mois de Ramadan. Les mosquées connaissent alors une grande affluence. Rappelons que les savants musulmans divergent à ce sujet et qu’il faut chercher la nuit du Destin dans les dernières nuits impaires.

Cette année voici les nuits potentielles :

– nuit du 21 ramadan : nuit du samedi 25 au dimanche 26 juin
– nuit du 23 ramadan : nuit du lundi 27 au mardi 28 juin
– nuit du 25 ramadan : nuit du mercredi 29 au jeudi 30 juin
– nuit du 27 ramadan : nuit du vendredi 1er au samedi 2 juillet
– nuit du 29 ramadan : nuit du lundi 4 au mardi 5 juillet (si ramadan compte 30 jours).

 La nuit du destin est meilleurs que mille mois.

« Toutes les fautes passées sont pardonnées à celui qui passe la nuit du Destin en veillée pieuse avec foi et espoir de récompense »
hadith rapporté par l’imam Muslim

 

21/06/2016

A MEDITER...

Un époux vint se plaindre auprès de son père avec les considérations suivantes...

Papa, je ne supporte plus ma femme. Je veux la tuer mais j'ai peur qu'on m'arrête.

Tu crois que tu peux m'aider ?

Le père de répondre : Oui, je le peux. Mais il y a une contre-partie. Tu vas devoir faire la paix avec elle, pour que personne ne se doute que c'est toi qui l'a tué quand elle mourra.

Tu vas devoir bien t'occuper d'elle. Être gentil, reconnaissant, patient, affectueux... moins égoïste, plus juste, plus à son écoute.

Tu vois cette poudre ? Chaque jour, tu en verseras une pincée dans sa nourriture afin qu'elle meurre à petit feu.

Après 30 jours, le fils retourna auprès de son père pour lui dire ceci :

Je ne souhaite plus sa mort. À présent, je l'aime. Comment puis-je faire pour empêcher l'effet du poison ?

Le père répondit : Ne t'inquiète pas. Ce que je t'ai donné était de la farine de maniocElle ne mourra pas car c'est en toi qu'était le poison !

Quand on alimente la rancune, on se tue à petit feu.
Puissions-nous faire la paix avec nous-mêmes ainsi qu'avec ceux qui nous ont blessés.
Puissions-nous traiter les autres comme nous aimerions l'être.
Puissions-nous prendre l'initiative d'aimer, de donner, d'offrir, de servir, de s'oublier... au lieu de toujours vouloir gagner, être servi, tirer son avantage et exploiter l'autre.

La grâce du bon Dieu nous atteint chaque jour, mais nous ne savons pas s'il nous reste assez de temps pour purifier nos coeurs à l'aide de cet antidote qu'est le Pardon.

Connais-tu la relation entre tes deux yeux ? Ils clignotent ensemble, se déplacent ensemble, pleurent ensemble, voient les choses ensemble et dorment ensemble. Même s'ils ne se voient jamais l'un l'autre. L’Amitié devrait être juste comme ça ! La vie est vanité sans amis.

Bonne continuation a tous.

ALLAH IWAFAK.

19/06/2016

Celui qui nourrit un jeûneur pour la rupture du jeûne
 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Zayd ibn Khalid Al Jouhni (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui nourrit un jeûneur pour la rupture du jeûne aura la même récompense que lui sans que cela n'enlève rien à la récompense du jeûneur ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°807 qui l'a authentifié et authentifié également par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1078)

Il faut noter que certains savants sont d'avis que pour obtenir la récompense mentionnée, il faut offrir au jeûneur un repas qui va le rassasier.
(Al Ikhtiyarat Al Fiqhiya de Cheikh Al Islam Ibn Taymiya p 64)

Tandis que d'autres savants sont d'avis que cette récompense est obtenue par le fait de donner à manger au jeûneur de quoi rompre son jeûne même une petite quantité.
(Fatawa Siyam de cheikh Otheimine p 837)

Ainsi celui qui en a la capacité qu'il s'efforce de nourrir les jeûneurs en leur offrant un repas complet et celui qui n'en a pas les moyens qu'il fasse ce qu'il peut, ne serait-ce que d'offrir quelques dattes.


عن زيد بن خالد الجهني قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من فطر صائما كان له مثل أجره غير أنه لا ينقص من أجر الصائم شيء 
(رواه الترمذي في سننه رقم ٨٠٧ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في تحقيق سنن الترمذي)

 

17/06/2016

La prière du Prophète durant le Ramadan
 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Abou Salama Ibn 'Abder Rahman a interrogé 'Aicha (qu'Allah l'agrée) sur la prière du Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) durant le Ramadan. 
Elle a répondu: « Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) ne priait pas plus de 11 unités de prières que ce soit durant le ramadan ou hors du ramadan. Il priait 4 unités de prière, ne demande pas sur leur perfection et leurs longueurs. Puis il priait 4 unités de prière, ne demande pas sur leur perfection et leurs longueurs. Puis il priait 3 unités de prière ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1147 et Mouslim dans son Sahih n°738)


عَنْ أَبِي سَلَمَةَ بْنِ عَبْدِ الرَّحْمَنِ أَنَّهُ سَأَلَ عَائِشَةَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهَا : كَيْفَ كَانَتْ صَلَاةُ رَسُولِ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ فِي رَمَضَانَ ؟
فَقَالَتْ : مَا كَانَ يَزِيدُ فِي رَمَضَانَ وَلَا فِي غَيْرِهِ عَلَى إِحْدَى عَشْرَةَ رَكْعَةً ، يُصَلِّي أَرْبَعًا ، فَلَا تَسَلْ عَنْ حُسْنِهِنَّ وَطُولِهِنَّ ، ثُمَّ يُصَلِّي أَرْبَعًا ، فَلَا تَسَلْ عَنْ حُسْنِهِنَّ وَطُولِهِنَّ ، ثُمَّ يُصَلِّي ثَلَاثًا

(رواه البخاري في صحيحه رقم ١١٤٧ و مسلم في صحيحه رقم ٧٣٨)



D'après Saib Ibn Yazid, 'Omar Ibn Al Khatab (qu'Allah l'agrée) a ordonné à Ubay Ibn Ka'b (qu'Allah l'agrée) et à Tamim Dari (qu'Allah l'agrée) de diriger les gens en prière en faisant 11 unités de prière. Le lecteur lisait des centaines de versets au point où nous nous appuyions sur des bâtons à cause de la longueur de la position debout. Nous ne terminions qu'à l'approche de l'aube.
(Rapporté par l'imam Malik dans son Mouwata n°245)

Ce récit a été authentifié entre autres par:
- L'imam Al Moubarakafouri dans Touhfatoul Ahwadhi vol 3 p 234
- Cheikh Otheymine dans Charh Riyad Salihin vol 2 p 283
- Cheikh Albani dans Salat Tarawih p 53


عن السائب بن يزيد قال : أمر عمر بن الخطاب أبي بن كعب وتميما الداري أن يقوما للناس بإحدى عشرة ركعة . قال : وقد كان القارئ يقرأن بالمئين حتى كنا نعتمد على العصي من طول القيام وما كنا ننصرف إلا في بزوغ الفجر 
(رواه الإمام مالك في الموطأ رقم ٢٤٥)

 


و هذا الحديث صححه :
الإمام المباركفوري في تحفة الأحوذي ج ٣ ص ٢٣٤
الشيخ العثيمين في شرح رياض الصالحين ج ٢ ص ٢٨٣
الشيخ الألباني في صلاة التراويح ص ٥٣



Remarque n°1 : Il convient de prier la prière surérogatoire « ratiba » du 'icha (voir le lien suivant : Prière surérogatoire) avant de commencer la prière du tarawih.

Cheikh Otheimine a dit : « Lorsque l'imam termine la prière obligatoire, les gens doivent faire le rappel de leur Seigneur (dikhr) comme il leur a ordonné -Et lorsque vous avez terminé la prière mentionnez le nom d'Allah debout, assis ou couchés sur vos côtés- (*).
Puis deuxièmement les gens prient la prière ratiba du 'icha et ensuite après cela ils accomplissent la prière du tarawih. Ceci est l'ordre qu'il convient de respecter ».
(Fatawa Nour 'Ala Darb, k7 n°735)

(*) Sourate Nissa verset 103


Remarque n°2 : Il est légiféré de lever les mains lors de l'invocation « qounout » à la fin du witr.

D'après Abou 'Othman, 'Omar Ibn Al Khattab (qu'Allah l'agrée) levait les mains dans le qounout (*).
(Rapporté par l'imam Boukhari dans son ouvrage Raf' Al Yadayn Fi Salat n°162 et authentifié par l'imam Nawawi dans Al Majmou' vol 3 p 490 et par cheikh Albani dans Irwa Al Ghali vol 2 p 181)

(*) Invocation que fait l'imam à voix haute avant ou après l'inclinaison dans la dernière unité de prière du tarawih.


عن أبي عثمان قال : كان عمر ابن الخطاب رضي الله عنه يرفع يديه في القنوت 
(رواه البخاري في كتابه رفع اليدين في الصلاة رقم ١٦٢ و صححه الإمام النووي في المجموع ج ٣ ص ٤٩٠ و الشيخ الألباني في إرواء الغليل ج ٢ ص ١٨١)



D'après Al Aswad, 'Abdallah Ibn Mas'oud (qu'Allah l'agrée) récitait -Qoul Houwa Allahou Ahad- dans la dernière unité de prière du witr puis il levait ses mains et faisait le qounout avant l'inclinaison.
(Rapporté par l'imam Boukhari dans son ouvrage Raf' Al Yadayn Fi Salat n°163 et authentifié par l'imam Nawawi dans Al Majmou' vol 3 p 490. Voir Ma Saha Min Athar As Sahaba Fil Fiqh vol 1 p 413)


عن الأسود أن عبدالله ابن مسعود رضي الله عنه كان يقرأ في آخر ركعة من الوتر قل هو الله أحد ثم يرفع يديه و يقنت قبل الركعة 
(رواه البخاري في كتابه رفع اليدين في الصلاة رقم ١٦٣ و صححه الإمام النووي في المجموع ج ٣ ص ٤٩٠ . انظر ما صح من آثر الصحابة في الفقه ج ١ ص ٤١٣)



Cheikh Albani a dit : « Il est légiféré et recommandé que l'imam lève sa voix pour le qounout et qu'il lève ses mains.
Et ceux qui sont derrière lui (c'est à dire ceux qui prient derrière lui) également lèvent leurs mains en disant -amine- aux invocations de l'imam ».
(Fatawa Al Imarat, k7 n°8 à 48m15)


Remarque n°3 : Il est également légiférer de dire « Amine » aux invocations de l'imam dans le « qounout ».

L'imam Ibn Qoudama Al Maqdisi (mort en 620) a dit : « Lorsque l'imam commence à faire le qounout, ceux qui sont derrière lui disent -Amine-, nous ne connaissons pas de divergence sur cela ».
(Al Moughni vol 2 p 584)

Remarque n°4: Il n'est pas légiféré de frotter son visage avec ses mains à la fin de l'invocation du qounout

L'imam Al Bayhaqi (mort en 458) a dit: « A propos du fait de frotter les deux mains sur le visage à la fin de l'invocation alors je ne connais cela d'aucun des salafs (c'est à dire des premières générations de l'Islam) en ce qui concerne l'invocation du qounout.

Il est rapporté que certains d'entre eux le faisaient en dehors de la prière et il est même rapporté sur cela un hadith du Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) dans lequel il y a une faiblesse (c'est à dire dans sa chaîne de transmission).

Par contre faire ceci dans la prière est un acte pour lequel il n'y a pas de hadith authentique, pas de texte confirmé des salafs ni d'analogie.
Ainsi le mieux est de s'en tenir à ce qui a été pratiqué par les salafs qui est de lever les mains sans les frotter sur le visage dans la prière ».
(As Sounan Al Koubra vol 2 p 300/301)

12/06/2016

Question :

Quel est le bon comportement [Adab] pendant le jeûne ?

Réponse :

Parmi le bon comportement prescrit pendant le jeûne, il y a l’attache à la piété en Allâh en respectant Sescommandements et en s’éloignant de Ses interdits.

Allâh dit (traduction rapprochée) : « Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété » [1]

Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit :

« Celui qui ne renonce ni à dire des mensonges, ni à pratiquer des faussetés, Allah n’a nul besoin qu’il se prive de boire ou de manger. » [2]

Parmi le bon comportement encore, il y a la générosité et la bienfaisance envers les gens surtout pendant le mois de Ramadhân, car le Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) était le plus généreux des gens et il l’était encore plus pendant le mois de Ramadhân durant lequel il rencontrait Djibrîl pour étudier le Qor’ân. [3]

Celui qui jeûne doit aussi s’éloigner des interdits, il doit notamment s’abstenir de mentir, d’insulter, de jurer, de tricher, de trahir, de regarder ou d’écouter ce qui est interdit.

[1] Sourate 2 verset 183
[2] Rapporté par al-Bukhârî
[3] Rapporté par al-Bukhârî

Madjmu’ Fatâwa du SHeikh Ibn Uthaymîn, 19/349-350 - Shaykh Muhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

10/06/2016

 Chèrs frères, chères soeurs...

En ce moment où tu as faim, en ce moment où tu attends impatiemment l'heure de rompre le jeûne penses mon cher frère, ma chère sœur au jour qui durera plus de mille années et durant lequel les gens seront assoiffés et affamés par l'attente du jugement. Seul et nu tu seras, et ton ventre sera encore plus vide qu'il ne l’est !

Le Soleil de l'été sera placé au-dessus de ta tête et si tu ne fais pas partie des sept catégories de personnes qui seront sous l'ombre d'ALLAH alors je ne te dis pas ce qu'il en sera de toi... Comment

Aujourd'hui mon frère tu as ta mère, ta sœur ou ton épouse pour te préparer les délicieux mets que tu dévores chaque jour au coucher du Soleil, le jour dernier personne ne songera à toi, personne ne se souciera de ta faim, de ta soif ou de ton anxiété.

Aujourd'hui ma sœur, tu as ton frère, ton époux ou ton père pour te mettre à l'abri du mal des hommes, pour subvenir à tes besoins, mais le jour où nous serons tous rassemblés plus personne ne tiendra compte de toi, de ton angoisse, de tes larmes et regrets.

L'heure que nous vivons actuellement est donc propice à la réflexion et à la méditation. Qu’avons-nous préparé comme provision pour ce long voyage qui nous attend ? Que sera-t-il de nous lorsque la terre couvrira notre corps, que les larmes de nos proches se verseront autour de notre corps inerte et couvert d'un linceul blanc ?

Le Ramadan est une école qui enseigne au croyant comment se détacher de ce bas monde et se rappeler de l'au-delà, plus la faim est importante, plus elle pousse le croyant à méditer, à se poser des questions et à retourner au Vivant qui ne meurt point....

Allahoma wafakna fima touhibouhou wa tradhah.

08/06/2016

La gravité du fait de ne pas jeûner durant le Ramadan

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Abou Oumama Al Bahili (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Alors que je dormais deux hommes sont venus à moi et m'ont pris par l'épaule pour m'emmener vers une montagne escarpée et m'ont dit: Monte !
J'ai dit: Je ne peux pas y arriver.
Ils ont dit: Nous allons te la rendre facile.
Alors je suis monté et arrivé au milieu de la montagne j'ai entendu de forts cris. J'ai demandé: Qu'est ce que ces cris ? Ils me répondirent: Ce sont les cris des gens de l'enfer.
Puis nous avons continué jusqu'à arriver vers des gens pendus par les chevilles avec leurs bouches tranchées et ensanglantées. J'ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: Ce sont les gens qui rompaient leurs jeûnes avant son terme.
Puis nous avons continué vers des gens très gros, nauséabonds et très laids. J'ai dit: Qui sont ils ? Ils me répondirent: Ce sont des mécréants morts.
Puis nous avons continué vers des gens qui sentaient encore plus mauvais comme si leur odeur était celle des toilettes. J'ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: Ce sont ceux qui commettent la fornication.
Puis nous avons continué vers des femmes qui avaient les seins mordus par des serpents. J'ai dit: Qui sont-elles ? Ils me répondirent: Ce sont celles qui privent leurs enfants de leur lait (*).
Puis nous avons continué vers des enfants qui jouaient entre deux fleuves. J'ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: Ce sont les enfants des croyants.
Puis nous sommes montés et nous avons vu trois personnes qui buvaient du vin. J'ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: C'est Ja'far, Zayd et Ibn Rawaha.
Puis nous nous sommes élevés une nouvelle fois et nous avons vus trois hommes. J'ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: C'est Ibrahim, Moussa et 'Issa qui t'attendent ».
(Rapporté par Ibn Khouzeyma dans son Sahih n°1986 et authentifié par cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3951)

(*) C'est à dire qu'elles refusent d'allaiter leurs enfants.

Cheikh Albani a dit : « Ceci est le châtiment de celui qui jeûne puis rompt volontairement le jeûne avant le moment de la rupture du jeûne. Alors comment sera la situation de celui qui ne jeûne pas du tout ?! ».
(Silsila Sahiha vol 7, 2ème partie à la page 319)

عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه قال سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : بينا أنا نائم أتاني رجلان فأخذا بضبعي فأتيا بي جبلا وعرا فقالا : اصعد . فقلت : إني لا أطيقه . فقالا : إنا سنسهله لك .
فصعدت حتى إذا كنت في سواء الجبل فإذا أنا بأصوات شديدة فقلت : ما هذه الأصوات ؟ قالوا : هذا عواء أهل النار
ثم انطلق بي فإذا أنا بقوم معلقين بعراقيبهم مشققة أشداقهم تسيل أشداقهم دما . قلت : من هؤلاء ؟ قيل : هؤلاء الذين يفطرون قبل تحلة صومهم
ثم انطلق بي فإذا أنا بقوم أشد شيء انتفاخا وأنتنه ريحا وأسوأه منظرا . فقلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء قتلى الكفار
ثم انطلق بي فإذا أنا بقوم أشد شيء انتفاخا وأنتنه ريحا كأن ريحهم المراحيض . قلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء الزانون
ثم انطلق بي فإذا أنا بنساء تنهش ثديهن الحيات . قلت : ما بال هؤلاء ؟ قيل : هؤلاء يمنعن أولادهن ألبانهن
ثم انطلق بي فإذا بغلمان يلعبون بين نهرين . قلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء ذراري المؤمنين
ثم شرف بي شرفا فإذا أنا بثلاثة يشربون من خمر لهم . قلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء جعفر وزيد وابن رواحة
ثم شرف بي شرفا آخر فإذا أنا بنفر ثلاثة . قلت : من هؤلاء قال هذا إبراهيم وموسى وعيسى وهم ينتظرونك 
(رواه ابن خزيمة في صحيحه رقم ١٩٨٦ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٩٥١)


06/06/2016

 

Notre Honorable Imam Lamrani s'adresse à nous à l'occasion du mois sacré. Ramadan el karim.

05/06/2016

13401225 1704427806488181 226512528 n

Chères sœurs, Chers frères, 

Assalamu 'alaykum wa rahmatullâhi wa barakâtuhu. 

Je tenais, dans un premier temps, à vous souhaiter à toutes et tous un excellent mois de Ramadan et que Dieu exalté soit-Il fasse de celui-ci un mois de recueillement, de quiétude et de paix intérieur. 

Il est combien frappant de voir à quelle vitesse les jours filent et les années se succèdent ; le sage aura, dès lors, compris l'utilité du temps et la nécessité de le mettre à profit. 

Car la vie est à l'image d'un livre dont les jours représentent les pages qui le composent, à nous de saisir la plume de l'action après l'avoir imbibé dans l'encre de la sincérité et de la fidélité à Dieu afin de rédiger les lignes de notre parcours que renfermera ce livre qui nous sera restitué un jour. 

D'ailleurs, dans le Saint Coran, Dieu n'a de cesse d'évoquer le temps sous ses différentes manifestations : le jour; la nuit; l'aube naissante; l'aurore;...

 Autant de signes qui nous accompagnent dans notre chemin de vie mais auxquels souvent nous ne prêtons guère attention,... 

"Et rappelles-leur les jours de Dieu" nous dit notre Seigneur dans le Saint Coran (sourate/n°14, v.5) ; peut-être ces hommes se souviendront-ils qu'ils ne sont dans ce bas-monde que de passage ! 

Notre noble Prophète (sallalâhu 'alayhi wa sallam) excellait dans la métaphore, il disait, en substance, au sujet de la nature réelle de ce bas-monde :"Je ne suis qu'à l'image de ce passant qui se mit à l'ombre d'un arbre (pour s'y reposer) puis s'en alla et laissa celui-ci.(Rapporté par Tirmidhy) 

Ses disciples, sortis de son école, suivirent la même trajectoire et savaient estimer cette vie d'ici-bas à sa juste valeur.
Le compagnon Abu Dardâ’ (radiyallâhu 'anhu) fut, un jour, témoin de cette frénésie pour le luxe et les plaisirs mondains qui emporta les Damascènes (les habitants de Damas), il gravit alors les échelons de la tribune de la mosquée de Damas et lança un appel retentissant à l'adresse de ceux et celles qui oublièrent le sens de leur présence : " Ô vous les Damascènes ! Qu'avez-vous à ne pas écouter ce conseil d'un frère qui vous veut du bien ? J'observe que vous amassez d'immenses fortunes; vous érigez de solides édifices et vous avez de grands espoirs (en cette vie) alors que ce que vous rassemblez deviendra regret; vos édifices ne seront que des tombes et vos grands espoirs se transformeront en chimères." 

Ceci ne signifie bien entendu pas que nous ayons à "lâcher" ce bas-monde au nom d'un ascétisme qui ne serait que défaitisme, oisiveté et fuite en avant. 

Bien au contraire, la voie à suivre, dans notre manière d'approcher ce bas-monde, nous est déjà tracée par le Saint Coran :"Souhaites par ce que Dieu t'a donné l'au-delà mais n'oublies pas ta part dans ce bas-monde." (Sourate Les Récits/n°28, v.77

Le mois du Ramadan est, à juste titre, le mois durant lequel nous serons invités à repenser nos priorités et à recentrer nos champs d'intérêt sur l'essentiel.

A cet effet, de nombreuses questions attendront des réponses sincères suivies d'actes concrets :
Comment devenir meilleur ?

Comment revivifier son cœur trop longtemps plongé dans l'insouciance et la torpeur, et l'ouvrir à son Seigneur ?

Comment réformer notre état social et communautaire afin d'effacer les tares de la désunion et de l'égoïsme ?

Le mois du Ramadan c'est aussi, par excellence, le mois du Saint Coran et du recueillement par la prière et la dévotion.

Il ne nous vient pas souvent à l'esprit que le jeûne ne fut institué durant ce mois, particulièrement, que pour remercier notre Seigneur d'avoir fait descendre cette lumière céleste appelée à guider l'Humanité qu'est le Saint Coran, et pour célébrer cet évènement.
"Dieu élève par ce Livre des gens et en rabaisse d'autres" disait le Prophète (salallâhu 'alayhi wa sallam) dans cette tradition rapportée par al-Bukhary.

Quelle place occupe-t-il réellement dans notre vie et jusqu'à quel degré l'inspire-t-elle ?

La prière, à son tour, est un autre moment fort de ce mois béni.

Le Prophète (salallâhu 'alayhi wa sallam) aimait ce moment et l'attendait avec impatience, il disait d'ailleurs souvent à son disciple et muezzin (l'appelant à la prière) : "Procures-nous la quiétude par la prière, ô Bilal !"

Autrement dit, fais en sorte que l'appel à la prière précipite ce moment tant attendu.

Au moment même où de notre côté, nous l’accomplissons avec paresse et insouciance comme s’il s’agissait d’une corvée dont il fallait se débarrasser !

Le Sheikh Mohamed al-Ghazaly (que Dieu le couvre de Sa clémence) avait vu juste de rappeler, dans son célèbre livre consacré à la biographie du noble Messager (sallalâhu ‘alayhi wa sallam), la double symbolique à saisir derrière le fait que la prière représente le seul devoir religieux qui ait été transmis à notre Prophète (sallalâhu ‘alayhi wa sallam) lors de la nuit de l’Ascension et sans l’intermédiaire de l’Ange Gabriel.

Il fut transmis lors de la nuit de l’Ascension afin de symboliser cette élévation vers les hauts degrés de la foi et de la bienfaisance et la libération de l’être matériel en vue d’accéder au monde spirituel.

L’Ange Gabriel n’en fut pas l’intermédiaire car il s’agissait de convoquer l’Elu auprès de son Maître afin de lui remettre personnellement cette charge lourde de conséquence qui définira le devenir de tout un chacun dans l’autre monde.

Enfin, le mois du Ramadan est également une mémoire vivante qui nous rappelle sans cesse ces grands évènements immortalisés dans les pages de notre histoire et qui installèrent à tout jamais notre Umma sur la trajectoire du Temps : la bataille de Badr ; la prise de la Mecque, pour ne citer que ces deux évènements.

Ces hommes et ces femmes autour de l’Envoyé (sallalâhu ‘alayhi wa sallam) qui ont consentis tant de sacrifices et de souffrances pour que la voix de l’Islam nous parvienne à travers les siècles ; que savons-nous d’eux ?

Honorons-nous dignement leur mémoire ?

En tous les cas, ce mois béni promet d’être chargé en rappels pour « quiconque sait raisonner, entendre la leçon et la retenir » (Sourate Qâf/n°50, v.37)

 

ALLAH IWAFAKNA FIMA YOUHIBOU WA YARDHAH

 

02/06/2016

23/05/2016

AVIS AUX VRAIS HADJOUMARENGOINS...

Concours de Propreté - Hadjout 2016
Une réunion d'information se tiendra le jeudi 26 mai, à 17 heures, à la bibliothèque communale de Hadjout. 
Y sont conviés toutes celles et tous ceux qui sont sincèrement pour "une ville plus propre".
La "Perle" de la Mitidja compte encore sur ses habitants.

 

22/05/2016

L'interdiction de jeûner à partir de la moitié du mois de cha'ban

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « À partir du milieu de cha'ban, ne jeûnez pas jusqu'à ce que ce soit ramadan ».

(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°397)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إذا انتصف شعبان فلا تصوموا حتى يكون رمضان

(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٣٩٧)

Cheikh 'Abdallah Al Bassam a dit (dans Tawdih Al Ahkam, vol 3 p 551/552), ce que nous pouvons tirer de ce hadith :

1 - Le fait de différencier les adorations les unes des autres est parmi les objectifs de cette noble législation. Ainsi il est rapporté dans Sahih Mouslim (n°883) le hadith suivant: « Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné de ne pas lier une prière à une autre sans avoir parlé ou sans être sorti ».

عن معاوية بن أبي سفيان رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه و سلم أمر أن لا توصل صلاة بصلاة حتى نتكلم أو نخرج

(رواه مسلم في صحيحه رقم ٨٨٣)

(...)

 

2 - L'interdiction dans ce hadith est restreinte par ce qui est rapporté dans les deux recueils authentiques (Sahih Boukhari n°1914 et Sahih Mouslim n°1082) d'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne précédez pas ramadan en jeûnant un jour ou deux, sauf un homme qui avait un jeûne habituel alors qu'il jeûne ».

 

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا تقدموا رمضان بصوم يوم ولا يومين إلا رجل كان يصوم صوما فليصمه

(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٩١٤ و مسلم في صحيحه رقم ١٠٨٢)

 

Ainsi celui qui a un jeûne habituel après la moitié du mois de cha'ban qu'il jeûne, ceci ne rentre pas dans cette interdiction.

 

3 - L'interdiction de jeûner la seconde moitié de cha'ban concerne celui qui commence à jeûner à partir de la moitié du mois ou après. Pour celui qui jeûnait avant la moitié du mois, puis a poursuivi jusqu'à la fin alors l'interdiction ne le concerne pas, ceci afin de ne pas contredire ce qui est rapporté par Boukhari (n°1834) et Mouslim (n°1957) d'après Aicha (qu'Allah l'agrée): « Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) ne jeûnait pas un mois autant que cha'ban, il le jeûnait complet ».

عن عائشة رضي الله عنها قالت: لم يكن النبي صلى الله عليه و سلم يصوم شهراً أكثر من شعبان فإنه كان يصومه كله

(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٩١٤ و مسلم في صحيحه رقم ١٩٥٧)

 

18/05/2016

la médaille d'or du prix (ISLQ) 2016 a été donc décerné Par Busines Initiative Direction (BID) au Dr Hamid Brahimi,enfants de Hadjout et directeur générale en tant que laeder de qualité Dr Brahimi et son épouse, Madame Brahimi, gestionnaire de Medispa Harmony, un grand bravo et bonne chance pour nos grand laureat

13177459 1633646750292675 3629801253901039982 n 

Un Grand Honneur pour nous, les Hadjoutis ! Merci Monsieur Hamid Brahimi pour ce trophée médical. Nous vous félicitons et vous embrassons à distance.

11/05/2016

Le jeûne durant le mois de Cha'ban
 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Nous sommes rentré dans le mois de Cha'ban 1437 le dimanche 08 Mai 2016.


D'après 'Aicha (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) jeûnait au point où nous disions: « Il ne rompt plus son jeûne »; et il rompait son jeûne au point où nous disions: « Il ne jeûne plus ». Je n'ai pas vu le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) jeûner un mois complet à l'exception du ramadan et je ne l'ai pas vu jeûner un mois autant que cha'ban.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1969 et Mouslim dans son Sahih n°1156)
 

عن عائشة رضي الله عنها كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يصوم حتى نقول : لا يفطر . و يفطر حتى نقول : لا يصوم . وما رأيت رسول الله صلى الله عليه وسلم استكمل صيام شهر قط إلا رمضان وما رأيته في شهر أكثر منه صياما في شعبان 
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٩٦٩ و مسلم في صحيحه رقم ١١٥٦)


D'après Ousama Ibn Zayd (qu'Allah l'agrée), j'ai dit: Ô Messager d'Allah, je ne t'ai pas vu jeûner dans un mois autant que tu le fais dans le mois de cha'ban! Alors le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ceci est un mois à propos duquel les gens sont négligents, il est entre rajab et ramadan, c'est un mois durant lequel les actes sont élevés vers Allah, et j'aime que mes actes soient élevés alors que je jeûne ».
(Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Albani dans Tamam Al Minna p 412)
 

عن أسامة بن زيد رضي الله عنه قلت : يا رسول الله ! لم أرك تصوم من شهر من الشهور ما تصوم من شعبان ؟ قال : ذلك شهر يغفل الناس عنه بين رجب ورمضان وهو شهر ترفع فيه الأعمال إلى رب العالمين، فأحب أن يرفع عملي وأنا صائم 
(رواه النسائي و حسنه الشيخ الألباني في تمام المنة ص ٤١٢)


Cheikh 'Otheymine a dit: « Les gens de science ont dit que le jeûne du mois de cha'ban est comme les prières rawatib en ce qui concerne les prières obligatoires (...) ainsi il est recommandé de jeûner durant le mois de cha'ban et les 6 jours de chawal comme les prières rawatib avant et après les prières obligatoires ».
(Fatawa Siyam p 780)

 

 

08 MAI 1945...

 

Oui mais ? ...

 

Allah yarham el chouhadas

8 mai 

Photo prise à Setif le 8 Mai 1945 , massacre des algériens par l'armée française.

8 mai 1946 

Voilà le vrai visage du colonialisme français sous le slogan ,

liberté , égalité , fraternité. 

 

Contre l'oubli et la culture de l'amnésie.

https://www.facebook.com/318963744961088/videos/518060881718039/

La mission civilisatrice de la France en Algérie ;
La notre est de ne rien oublier.

https://www.facebook.com/108113742556253/videos/1372222018716/

05/05/2016

Jean-Claude Van Damme recommande de suivre le Prophète Mohammed (SAW)

Jean claude van damme islam

 

Lors d’une interview, Jean-Claude Van Damme, l’acteur belge mondialement connu, a eu une réponse surprenante quand la journaliste lui posait des questions concernant une alimentation saine. L’acteur a répondu la chose suivante:

« Le Prophète Mohamed était très intelligent, il savait ce qui était bon pour le futur concernant le corps. Donc vérifier de ce côté-là, ne demandez pas çela à moi et croyez-moi, vous trouverez chez lui tous ce dont vous avez besoin »

C’est assez paradoxal qu’un non-musulman dit de suivre le Prophète (Sallallahu ‘alayhi wa salam) alors que des musulmans ne sont pas attentifs au suivi du Prophète (Sallallahu ‘alayhi wa salam).

Au temps du Prophète (Sallallahu ‘alayhi wa salam) et les premiers siècles après la révélation, les musulmans  appliquaient une sounna parce que c’était une sounna alors qu’aujourd’hui des musulmans n’appliquent pas une sounna parce que c’est une sounna.
(Sounna = La pratique ordinaire du Prophète (Sallallahu ‘alayhi wa salam), incluant ses paroles, ses actions, ces approbations tacites ou ses désapprobations. Les savants du Hadith ajoutent ses traits personnels (incluant ses caractéristiques physiques) à cette définition.)

Dans le Coran (sourate 33 – verset 21) il est mentionné que le Prophète (Sallallahu ‘alayhi wa salam) est le meilleur modèle à suivre:

« En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. »

 

02/05/2016

AVIS...

Le president , les membres du bureau et l'ensemble des élus de la section ordinale des pharmaciens de la région de Blida ont l'honneur et le plaisir de vous informer de la tenue de leur 6ieme Journée de déontologie à l' institut du Rein de Blida le 14 mai 2016 .
Les thèmes retenus ont trait à l'actualité de la pharmacie :
- la loi sanitaire et les nouvelles missions du pharmacien
- fiabilité du generique algérien : la bioéquivalence
- l’éthique dans l’économie de l'officine
- le pharmacien hospitalier dans une équipe pluridisciplinaire
- biosimilaires et réglementation
- le Pharmagroupe : canal d'information et de communication de l'officinal.
Nous vous espérons nombreux parmi nous ,
pour toute participation et pour des raisons de logistique , prière de s'inscrire avant le 10 Mai par mail à l'adresse suivante:
benfarespharmacie@yahoo.fr
L’hébergement est possible la nuit du 13 et celle du 14 pour ceux qui sont intéressés il faut le préciser lors de l'inscription. 
De plus amples renseignements seront fournis ultérieurement 
Soyez les bienvenu(e)s

Le president : 
A. Benfares

18/04/2016

Muhammad Ibn Abdillah est le dernier des Prophètes

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Nous avons dernièrement, et avec grand regret, constaté que le groupe qui se fait appelé 'Al Ahmadiya' ou encore 'Al Qadyaniya' est malheureusement présent en France.

Ce groupe, qui s'affilie à tort à l'Islam, a la croyance que son chef est un prophète envoyé par Allah.
En effet, le dénommé Mirza Ghoulam Ahmed (né en Inde en 1835) a tout d'abord prétendu être le mahdi, ensuite il a prétendu être Issa Ibn Maryam et enfin il a prétendu être un prophète qui reçoit une révélation d'Allah.

C'est donc pour couper le mal à la racine que nous avons décidé d'envoyer ce bref exposé qui mentionne une liste non exhaustive de textes sans équivoques qui montrent que la croyance de l'Islam est que notre bien aimé Prophète Muhammad Ibn Abdillah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) est le dernier des prophètes et qu'il n'y a donc aucun prophète après lui.

Nous allons tout d'abord citer les textes du coran, puis des ahadiths authentiques du messager d'Allah et nous allons terminer par des paroles des imams de chacune des écoles juridiques qui mentionnent le consensus des musulmans sur la mécréance de toute personne qui, après le Prophète Muhammad (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui), prétend être un prophète et la mécréance de toute personne qui juge cela comme véridique.


A - Les textes du Coran

1. Allah (Le Très-Haut) a dit :

« Muhammad (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) n'a jamais été le père de l'un de vos hommes mais le messager d'Allah et le dernier des prophètes. Et certes Allah est savant de toutes choses ».

(Sourate Al Ahzab n°33 verset 40)


L'imam Ibn Jarir Tabari (mort en 310) a rapporté dans son tafsir (vol 17 p 122) avec une chaine de transmission authentique d'après le tabi'i Qatada (mort en 117) qu'il a dit sur le sens de la parole d'Allah « ولكن رسول الله وخاتم النبيين » : C'est à dire le dernier d'entre eux.


2. Allah (Le Très-Haut) a dit :

« Aujourd'hui J'ai parachevé pour vous votre religion et complété sur vous mon bienfait et J'agrée pour vous l'Islam comme religion »

(Sourate Al Maida n°5 verset 3)


L'imam Ibn Kathir (mort en 774) a dit concernant ce verset dans son tafsir (vol 2 p 893): « Ceci est le plus grand bienfait d'Allah sur cette communauté lorsqu'il a complété pour eux leur religion. Ainsi ils n'ont pas besoin d'une autre religion ni d'un autre prophète que leur prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui), c'est pour cela qu'Allah a fait de lui le dernier des prophètes et l'a envoyé vers les hommes et les djinns... »

08/04/2016

SEUL SEUL SEUL...

Personne ne te seras utile en dehors d'Allah.

Tu mourras seul et tu seras enterré seul...

Et tu seras interrogé dans la tombe seul et tu seras ressuscité seul...

Et tu seras présenté devant ton Seigneur seul...

Et tu traverseras le pont Sirât seul...

Et tu traverseras - Si Allah te permet d'entrer au paradis - sur le pontet (القنطرة) qui est une région entre le Sirât et le paradis seul...

Et tu entreras au paradis seul ou [alors] tu seras jeté en enfer seul, personne ne sera châtié à ta place.

Prends donc tes responsabilités. La vie n'as pas été faite pour les plaisanteries pas de temps pour les plaisanteries et la distraction. La vie est une succession de secondes limitées nous devons impérativement en profiter.

26/03/2016

Loubna Lafquiri, enseignante musulmane, tuée par Daesh

Les attentats commis à Bruxelles et à Zaventem par Daesh ont fait plus de 30 morts et 200 blessés. 

Loubna Lafquiri, enseignante musulmane fait partie des victimes. Cette mère de famille laisse derrière elle 3 enfants et un mari, mais aussi une centaine d’élèves et parents d’élèves qui l’appréciaient pour son magnifique travail. Elle a été enseignante dans deux écoles musulmanes de Bruxelles : Al Ghazali et la Vertu.  Cette femme était très active dans la communauté musulmane. Elle organisait entre autre des activités sportives pour femmes et enfants.

Elle était de ceux qui éduquent nos enfants. Pourtant elle n’était pas assez musulmane pour Daesh. Comme la majorité d’entre nous, nous ne sommes pas des musulmans pour Daesh. Nous sommes des cibles, pas des dommages collatéraux, mais réellement des cibles.

Comme un peu partout dans le monde Daesh tue des musulmans, pour être plus précis, Daesh tue en majorité des musulmans. On doit malheureusement le rappeler parce qu’aujourd’hui pour certain la communauté musulmane de Belgique serait complice de Daesh.

Aujourd’hui en Belgique, les musulmans, font face à une double peine. La première d’avoir des proches blessés ou décédés durant ses attentats. La deuxième, de devoir faire face à l’islamophobie que génère ces attentats.

HASBOUNA ALLAH WA NIAMA EL WAKIL...

01/03/2016

"OUR PRIME PURPOSE IN lIFE IS TO HELP OTHERS. AND IF YOU CAN'T HELP THEM , AT LEAST DON'T HURT THEM"

( DALAI LAMA).

A BUDDHIST DALAI LAMA SHOULD COME TO BURMA TO PREACH THIS WISE TO BUDDHIST THERE!

Cela fait plusieurs années que j'ai pu mettre sur le site (www.marengomonamour.com ) Photos et vidéos sur le massacre journalier commis contre les musulmans en Birmanie . Où sont les musulmans du monde entier ? personne ne dit rien, personne ne fait rien on mange et on boit et on dort alors que nos frères et sœurs sont tués et leurs enfants . Que dit le hadith du prophète Mohamed ( qssl) " man raa minkoum mounkaran fel youghayirouh " celui d'entre vous qui voit le mal qu'il le change.) Où sont les manifestations des pays qui prônent la paix ? ( Ha j'avais oublié , il n'y a pas de pétrole là-bas) HASBOUNA ALLAH WA NIAAMA EL WAKIL. ( je suis écœuré )

Nous sommes tous des         birmanie-2.jpg

18/02/2016

Carottes , œufs ou grains de café ???

Une jeune femme va chez sa mère et lui dit que sa vie est tellement difficile qu'elle ne sait pas si elle peut continuer. Elle veut abandonner, elle est fatiguée de se battre tout le temps. Il semble qu'aussitôt qu'un problème est réglé, un autre apparaît.

Sa mère l'amena dans la cuisine. Elle remplit trois chaudrons d'eau et les place chacun sur la cuisinière à feu élevé. Bientôt, l'eau commence à bouillir.

Dans le premier chaudron, elle place des carottes, dans le deuxième, elle met des œufs et dans le troisième, elle met des grains de café moulus. Elle les laisse bouillir sur le feu sans dire un mot. Après 20 minutes, elle retourne à la cuisinière. Elle sort les carottes et les placent dans un bol. Elle sort les œufs et les placent dans un bol. Puis, elle verse le café dans une carafe.

Se tournant vers sa fille, elle dit : "Dis-moi, que vois-tu ?"

"Des carottes, des œufs et du café", répondit sa fille.

La femme l'amena plus près et lui demanda de toucher les carottes. La fille les toucha et nota qu'elles étaient toutes molles et souples. La mère lui demanda alors de prendre un œuf et de le briser. La fille enleva la coquille d'un œuf et observa qu'il était cuit dur. Finalement, la mère lui demande de goûter au café. La fille sourit comme elle goûtait son arôme riche.

La fille demanda alors, "Qu'est-ce que ça veut dire maman ?" 

Sa mère lui expliqua que chaque objet avait fait face à la même eau bouillante, mais que chacun avait réagi différemment.

La carotte y est entrée forte, dure et solide. Mais après être passée dans l'eau bouillante, elle a ramolli et est devenue faible.

L'œuf était fragile avec l'intérieur fluide. Mais après être passé dans l'eau bouillante, son intérieur est devenu dur.

Quant aux grains de café, eux, ont réagi de façon unique. Après avoir été dans l'eau bouillante, ils ont changé l'eau.             

"Lequel es-tu ?", demanda la mère à sa fille. "Lorsque l'adversité frappe à ta porte, comment réponds-tu? Es-tu une carotte, un œuf ou un grain de café ?"

Penses-y ?

Suis-je la carotte qui semble forte, mais qui dans la douleur et l'adversité devient molle et perd sa force ?

Suis-je un œuf qui commence avec un cœur malléable, mais change avec les problèmes ? Ai-je un esprit fluide qui devient dur et inflexible dans la douleur ? Est-ce que ma coquille ne change pas, mais mon intérieur devient encore plus dur ?

Où suis-je comme un grain de café ? Le grain change l'eau, il change la source de sa douleur. Lorsque l'eau devient chaude, il relâche sa fragrance et sa saveur. Si tu es comme un grain de café, tu deviens meilleure et change la situation autour de toi lorsque les choses en sont à leur pire.

Et toi, comment réagis-tu face à tes épreuves ? Comme une carotte, un œuf ou un grain de café ?

 

AH YA LA SAINT VALENTIN...

L'Amour, tout simplement ...

L amour

C'est l'histoire d'un paysan qui vécut très pauvre avec son épouse.

Un soir, en rentrant d'une journée de dur labeur, sa femme lui demanda de lui acheter un peigne afin d'entretenir sa longue chevelure; il la regarda tristement et lui dit que c'était impossible car lui-même avait besoin de nouveaux bracelets en cuir pour sa montre mais qu'il n’avait pas d'argent.
Sa femme sourit tendrement sans mot dire.
Le lendemain, en sortant du travail, il passa par le marché du village et vendit sa montre pour quelques sous avec lesquels il acheta un peigne à sa tendre épouse.
Une fois à la maison, le peigne à la main, il trouva sa femme avec des cheveux coupés très courts et tenant dans sa main les bracelets en cuir.
Ils se regardèrent et des larmes coulèrent sur leurs joues, non pas parce que leurs sacrifices étaient vains (ils n’avaient plus besoin ni de peigne, ni de bracelets) mais parce qu'ils venaient de comprendre à quel point l'amour qu'ils se vouaient l'un et l'autre était de la même grandeur et profondeur.

- Quand notre amour est sincère et fort, il mérite tous les sacrifices du monde -

11 FEVRIER 1958

Tous les ans à pareille époque ton image et ta présence me hante. L’envie qu’on soit ensemble, juste se parler, entendre ta voix, te serrer dans mes bras, faire un bout de chemin ensemble, s’asseoir sur le petit muret qui entoure le jardin public face au monument aux morts. Rouler en voiture et surtout assister à un match de l’USMM dans les tribunes, au-dessus des vestiaires des locaux. Il n’y aura pas de brouille entre nous, nous sommes tous les deux pour le club des chouhadas. Et même, Je ne l’aurais sûrement pas ramenée parce que je sais que tu étais très à cheval sur certains principes mais juste.

Papa la classe 1

J’ai appris il n’y pas si longtemps que la fille du maire et celle du commissaire de la ville de Marengo se sont battues pour toi. En ce temps-là durant le colonialisme waouu ! Mais tu as préféré ma maman parce qu’elle était et est toujours la plus belle. Et surtout quel pied de nez aux colons. Ta fierté, ton franc parlé, ton patriotisme, ayant été le premier (indigène) comme ils disaient, à avoir cité un colon au tribunal pour t’avoir injurié. Ils sont venus à plusieurs te supplier afin que tu lui pardonnes devant le procureur, mais tu as tenu bon.

Papa c’est tout cela et ton travail dans le maquis qui ont causés ta disparition. Tu vois papa je ne dis pas « ta mort » je dis « disparition », car les HEROS ne meurent jamais.

Je t’aime et tu nous manques.

 

Que toute l’année ta tombe soit entourée de la lueur divine

Que toute l’année la miséricorde d’Allah t’accompagne

Que toute l’année mes invocations pour toi ne quittent ma langue

Allah réserve à mon papa une place au paradis.

Douaa papa

 

En ce jour ayez une pensée pieuse pour mon papa Mohamed Ezzedami.

Allah Yarhamek ya Baba wa yarhame El-Chouhadas.

 

08/02/2016

66f24d52

 

Un frère dans l'islam, en a informé un autre, sincèrement, de ce qui lui est arrivé un jour.
Il rentra dans la mosquée, du quartier de Al 'aliya, à Riyad (Arabie Saoudite).

Ce musulman est le directeur d'une école. Il nous raconte: 
« Au moment de prier " tahiyat al masjid " (2 unités de prières, à faire quand on rentre dans la mosquée), tout à coup, une forte odeur de cigarette me perturba, et me déconcentra dans ma prière. Et après avoir fait le Salam (fin de la prière), je me suis aperçu de la présence d'un musulman, égyptien, qui avait les lèvres noires à force de fumer.

 Je me suis dit, qu'après la prière en commun, grâce à Allah, je lui parlerais et j'essaierais de lui montrer le chemin de la guidée, en lui expliquant d'arrêter de fumer.

Mais, un enfant est alors rentré dans la mosquée, dont l’âge ne dépassait pas les 9 ans. Cet enfant s'est assis à côté de l'égyptien, et une discussion commença entre eux. Je vous rapporte cette discussion :

L'enfant : Assalamou 'laykoum, ya 'Ammi (expression de politesse entre un jeune et un adulte qui signifie : mon oncle). Tu viens d'Égypte n'est-ce pas ?

L'homme : Oui, je viens d'Égypte.

L'enfant : Connais-tu Cheikh 'Abdalhamid Kishk ? (Nom d'un imam célèbre en Égypte)

L'homme : Bien sûr, je le connais.

L'enfant : Et Jaad al Haqq, tu le connais ? (Nom d'un savant égyptien)

L'homme : Oui, je le connais lui aussi.

L'enfant : Et Muhammad AL Ghazali, aussi ? (Nom d'un autre savant égyptien)

L'homme : Ben oui, lui aussi, je le connais.

L'enfant : As-tu déjà écouté des K7 de ces imams et savants de l'islam ?

L'homme : Oui, bien sûr.

L'enfant : Et ben alors, tu as entendu que tous ces Cheikhs, et savants, ont expliqué que le tabac est interdit et illicite, pour les musulmans.
Pourquoi fumes-tu alors ?

Et l'homme commença un raisonnement pour convaincre l'enfant, que le tabac n'est pas interdit.

L'homme : Non, le tabac, n'est pas interdit dans l'islam.

L'enfant : Bien sûr que si, le tabac est interdit, Allah dit bien dans le coran:

{IL [Allah] leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises}.
Sourate 7 al aa'raf, partie du verset 157
Mais si tu persistes à croire que le tabac n'est pas interdit, et bien quand tu commences à fumer, est ce que tu dis bismillah, et quand tu t'arrêtes tu dis al hamdoulilah ?

L'homme : Non, mais pour que le tabac soit interdit il faut qu'il y ait un verset dans le coran qui dit : "le tabac est interdit". Et bien sûr il n'y en a pas...L'enfant : ya 'Ammi (ô mon oncle), le tabac est interdit, comme les pommes.

L'homme s'énerva et dit : tu dis que les pommes sont interdites, mais qu'est ce qui te prend. Tu rends licite ou illicite, comme ça ???

L'enfant : Et bien donne-moi un verset du coran qui dit: "manger des pommes est permis" ?

L'homme, déconcerté, et désordonné, arrêta tout à coup de parler, il ne pouvait pas répondre à l'enfant. Et soudainement, le muezzin appela à la prière (iqama); l'homme se mis alors à pleurer. Et après la prière, l'égyptien, saisit l'enfant, en disant : "écoute, mon petit, je jure par Allah, al 'Azim (le majestueux), qu'à partir de maintenant, je ne fumerais plus de toute ma vie".

Ô mes chers frères et sœurs, cette histoire est véridique, et c'est une leçon pour nous.
Mais, comment cet enfant, était capable de s'exprimer ainsi, avec une telle force, et de telles preuves ; et surtout à notre époque : l'époque de la Playstation et du smartphone etc. etc., et de beaucoup de choses insignifiantes et inutiles.

A partir de quand, pourrons-nous éduquez nos enfants, capable de transmettre le message d'Allah et de son prophète, comme celui de cette histoire.

 

Allah guide-nous vers ce que tu aimes et agrées...

 

05/02/2016

Le Conseil d’Etat Belge confirme qu’une enseignante de religion islamique peut porter son foulard...

Enseignante hijab voile islamique

Le Conseil d’État a statué sur un recours introduit par une enseignante de religion islamique contre le refus du directeur d’une école fondamentale de l’enseignement communautaire flamand de la désigner, à titre temporaire pour l’année scolaire 2013-2014 parce qu’elle portait le foulard.

Le Conseil d’État constate que la fonction de professeur de cours philosophiques diffère de celle d’un professeur de cours généraux. En outre, la fonction de professeur de religion proprement dite implique, de par sa nature, l’engagement personnel de l’enseignant concerné. Pour certains professeurs de religion, cet engagement se traduit par le port de signes extérieurs de leurs convictions philosophiques.

Cet arrêt rejoint celui que le conseil d’État avait déjà prononcé concernant une enseignante de religion islamique de Chaudfontaine (lire : Le Conseil d’État confirme qu’une enseignante peut donner cours en portant le voile)

Cette décision ferme hélas la porte pour les professeurs de cours généraux qui souhaitent enseigner avec leur foulard puisque le Conseil d’État fait clairement une distinction entre les deux fonctions. Si une enseignante donne cours de religion islamique avec le foulard, elle devra le retirer si elle donne par exemple cours d’histoire dans la même école.

01/02/2016

On raconte qu'Ibrahim b.Adham passa près du marché de la ville de Basra. Un groupe de gens se rassemblèrent autour de lui et dirent :

" O Abû Ishâq ! Nous invoquons Allah mais nous ne sommes pas exaucés. Quelle en est la raison ?

- Parce que vos cœurs sont morts à cause de ces dix mauvaises qualités :

*- La première : Vous connaissez Allah mais vous ne vous acquittez pas de Ses droits.

*- La deuxième : vous prétendez aimer l'Envoyé d'Allah Salallahu aleyhi wa salam, mais vous avez abandonné sa Sunna.

*- La troisième : Vous lisez le Coran mais vous ne mettez pas en pratique ses enseignements.

*- La quatrième : vous jouissez des bienfaits mais vous ne les reconnaissez pas.

*- La cinquième : vous dites que Satan est pour vous un ennemi mais vous ne vous opposez pas à lui.

*- La sixième : vous dites que le Paradis est une certitude mais vous n'avez pas oeuvré en vue d'y entrer.

*- La septième : vous dites que l'Enfer est une certitude mais vous ne le fuyez pas.

*- La huitième : vous dites que la mort est une certitude mais vous ne vous y préparez pas.

*- La neuvième : vous vous occupez matin et soir des défauts des gens et vous oubliez les vôtres.

*- La dixième : vous enterrez vos morts mais vous n'en tirez pas les leçons..."?

 

Réflichissons à nos actes...

 

30/01/2016

NOSTALGIE QUAND TU NOUS TIENS...

28/01/2016

MOLENBEEK MOLENBEEK MOLENBEEK...

Molenbeek est sous le feu des critiques et victime de stigmatisation depuis les derniers attentats de Paris. Des journalistes, hommes politiques, philosophes de la trempe d’Alain Finkielkraut et Zemmour lancent leurs avis sur Molenbeek alors qu’ils n’y ont probablement jamais mis les pieds.

Depuis maintenant plus de 8 ans que nous avons lancé Islamic-Events nous avons par contre constaté que Molenbeek était en fait une commune où il y avait énormément d’associations et de mosquées engagés socialement. Des associations qui souvent doivent se battre sans subsides alors qu’ils sont sur le terrain depuis des années et connaissent le terrain mieux que quiconque.

Des associations qui aident des élèves pour passer leur CEB, proposent du soutien scolaire, organisent des stages, des plaines de vacances, des formations, des cours, mettent à disposition des locaux pour le blocus, organisent des journées de solidarité, viennent en aide aux plus démunis etc.

Molenbeek compte aussi des mosquées qui organisent des cours et des conférences loin de tout extrémisme. Comme nous l’avions déjà mentionné : Les mosquées ne sont pas responsables de la radicalisation et des attentats

Molenbeek a un tissus associatif qui est fort actif, ce qui demande des bénévoles, de l’engagement et de la solidarité. Nous ne pouvons que témoignez des associations islamiques et des mosquées, mais il est certain que d’autres associations non-religieuses font un travail remarquable à Molenbeek.

A l’heure où l’on crache sur Molenbeek, nous voulions mettre à l’honneur ces personnes qui font de Molenbeek une meilleure commune que ce qu’elle serait sans eux.

Merci à La SourceMarhaban, la Ligue d’Entraide IslamiqueLa RenaissanceLes petits Malins, la mosquée Al-Moutaquinela mosquée El-Mostakbel. etc.

Ceci est une liste non-exhaustive d’associations et mosquées dont nous avons eu l’honneur de publier leurs actions.

 

 

20/01/2016

Lettre d’un vieux père à son fils...

Pere et fils

Si un jour tu me vois vieux, si je me salis quand je mange et que je ne réussis pas à m’habiller, soit compréhensif, souviens toi du temps que j’ai passé pour t’apprendre.
Si quand je parle avec toi je répète toujours les mêmes choses, ne m’interromps pas, écoute moi, quand tu étais petit je devais te raconter chaque soir la même histoire avant que tu ne t’endormes.
Quand je ne veux pas me laver ne me fait pas honte, souviens toi quand je devais te courir après en inventant milles excuses pour que tu ailles au bain.
Quand tu vois mon ignorance pour les nouvelles technologies, donne-moi le temps nécessaire et ne me regarde pas avec ce sourire ironique, j’ai eu tant de patience pour t’apprendre l’alphabet.
Quand par moment je n’arrive pas à me souvenir ou que je perds le fil de la conversation,  donne-moi  le temps nécessaire à retrouver la mémoire et si je n’y arrive pas ne t’énerve pas, la chose la plus importante n’est pas ce que je dis  mais le besoin d’être avec toi et de t’avoir là a m’écouter.
Quand mes jambes fatiguées n’arrivent plus à tenir la cadence de tes pas, ne me considère pas comme un boulet, viens vers moi et offre moi la force de tes bras comme je l’ai fait lorsque tu as fait tes premiers pas.
Quand je dis que j’aimerais être mort, ne te fâche pas, un jour tu comprendras ce qui me pousse à le dire. Essaie de comprendre qu’à mon âge on ne vit pas on survit.
Un jour tu découvriras que malgré mes erreurs je n’ai toujours voulu que le meilleur pour toi, que j’ai tenté de te préparer la route.
Donne-moi un peu de ton temps, donne-moi un peu de ta patience, donne-moi une épaule sur laquelle poser ma tête de la même façon que je l’ai fait pour toi.
Aide moi à avancer, aide moi à finir mes jours avec amour et compréhension, en échange je n’aurais que mon sourire et l’immense amour que j’ai toujours eu pour toi. Je t’aime mon fils..

Allah aaza wa djala dit: S17  V:  23. Et ton Seigneur a décrété: «N’adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère: si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point: «Fi!» et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses.

24et par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité, et dis: «Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit».

25. Votre Seigneur connaît mieux ce qu’il y a dans vos âmes. Si vous êtes bons, Il est certes Pardonneur pour ceux qui Lui reviennent se repentant.

 

وَقَضَىٰ رَبُّكَ أَلَّا تَعْبُدُوٓا۟ إِلَّآ إِيَّاهُ وَبِٱلْوَٰلِدَيْنِ إِحْسَٰنًا ۚ إِمَّا يَبْلُغَنَّ عِندَكَ ٱلْكِبَرَ أَحَدُهُمَآ أَوْ كِلَاهُمَا فَلَا تَقُل لَّهُمَآ أُفٍّۢ وَلَا تَنْهَرْهُمَا وَقُل لَّهُمَا قَوْلًۭا كَرِيمًۭا ﴿٢٣﴾وَٱخْفِضْ لَهُمَا جَنَاحَ ٱلذُّلِّ مِنَ ٱلرَّحْمَةِ وَقُل رَّبِّ ٱرْحَمْهُمَا كَمَا رَبَّيَانِى صَغِيرًۭا ﴿٢٤﴾رَّبُّكُمْ أَعْلَمُ بِمَا فِى نُفُوسِكُمْ ۚ إِن تَكُونُوا۟ صَٰلِحِينَ فَإِنَّهُۥ كَانَ لِلْأَوَّٰبِينَ غَفُورًۭ

 

Allah fais de nous de bons enfants envers nos parents...

 

14/01/2016

Vous viendriez même en rampant
 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Oubay Ibn Ka'b (qu'Allah l'agrée): Un jour le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a prié le sobh pour nous (1) puis il a dit: « Untel a t-il assisté à la prière? »
Ils ont dit: Non
Le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Untel a t-il assisté à la prière? »
Ils ont dit: Non
Le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Certes ces deux prières (2) sont les prières les plus dures pour les hypocrites. Si vous saviez ce qui s'y trouve (3) vous viendriez pour elles même en rampant.
Certes le premier rang est comme le rang des anges, si vous connaissiez son mérite vous vous y seriez précipités.
Et certes la prière d'un homme avec un autre homme est meilleure que la prière d'un homme seul. Sa prière avec deux hommes est meilleure que sa prière avec un seul et plus le nombre de prieurs est nombreux plus ceci est aimé par Allah (4) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°554 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

(1) C'est à dire comme imam.

(2) C'est à dire le sobh et le 'icha.

(3) C'est à dire comme mérite et récompense.

(4) Le premier rang a été comparé au rang des anges car il est proche de l'imam comme le rang des anges est proche d'Allah. 
(Awn Al Ma'boud 'Ala Charh Sounan Abi Daoud)

Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: « Il y a dans ce hadith une preuve que plus le nombre de personne est grand mieux c'est, le grand nombre de prieurs est meilleur que le petit nombre. Ainsi, il convient que le musulman s'efforce de prier dans la mosquée dont le nombre de prieurs est plus grand car la récompense y sera plus grande ».
(Tashil Al Ilmam Bi Fiqh Ahadith Boulough Al Maram vol 2 p 463)

عن أبي بن كعب رضي الله عنه قال : صلى بنا رسول الله صلى الله عليه وسلم يوما الصبح فقال : أشاهد فلان ؟
قالوا : لا
قال : أشاهد فلان ؟
قالوا : لا
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن هاتين الصلاتين أثقل الصلوات على المنافقين ولو تعلمون ما فيهما لأتيتموهما ولو حبوا على الركب وإن الصف الأول على مثل صف الملائكة ولو علمتم ما فضيلته لابتدرتموه وإن صلاة الرجل مع الرجل أزكى من صلاته وحده وصلاته مع الرجلين أزكى من
صلاته مع الرجل وما كثر فهو أحب إلى الله

(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٥٤ و حسنه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

11/01/2016

Compte ta propre personne parmi les morts
 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Abou Darda (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Adore Allah comme si tu le voyais et certes si tu ne le vois pas Lui Il te voit ; compte ta propre personne parmi les morts (*) ; prend garde à l'invocation de celui qui subit une injustice car elle est exaucée ; et celui d'entre vous qui peut assister aux deux prières: le 'icha et le sobh même en rampant qu'il le fasse ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°418)

(*) C'est à dire que tu dois être dans la vie d'ici-bas comme un étranger qui est venu pour accomplir un besoin et va retourner vers son pays qui est la tombe.
(Fayd Al Qadir hadith n°1131)

عن أبي الدرداء رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : اعبد الله كأنك تراه فإن لم تكن تراه فإنه يراك واعدد نفسك في الموتى وإياك ودعوة المظلوم فإنها تستجاب ومن استطاع منكم أن يشهد الصلاتين العشاء والصبح ولو حبوا فليفعل
(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٤١٨)

 

 

09/01/2016

 

Le sens des responsabilités

 Méditons  le hadith prophétique suivant :

« Chacun de vous est un berger et chacun de vous est responsable de l'objet de sa bèrgerie ( son troupeau). Le chef d'État est un berger et il est responsable de ses administrés. L'homme est berger dans sa famille et il est responsable de l'objet de sa garde. La femme est bergère dans la maison de son mari et est responsable de l'objet de sa garde. Le serviteur est berger dans les biens de son maître et est responsable de l'objet de sa garde. Chacun de vous est donc berger et est responsable de l'objet de sa garde » Ainsi le prophète a rendu responsable chaque musulman (dirigeant ou dirigé ; hommes ou femmes ; maître ou serviteur) et devant la responsabilité qui lui incombe chaque musulman a en même temps des droits et des devoir qu’il lui faudra assumer.  En quoi consiste cette responsabilité au juste ?Pour le musulman, cette responsabilité se compose de 3 degrés : une responsabilité envers lui-même, une responsabilité envers son créateur, et une responsabilité envers ses semblables.Envers lui-même cela se traduit par un comportement exemplaire, témoignant de la foi en Allah (‘chahada) et ne trahissant pas ce serment. Le musulman veille scrupuleusement à avoir une bonne moralité, une humilité et une sincérité dans sa pratique de tous les jours et s’écarte du mieux qu’il peut de tous les vices et les actes blâmables.Ainsi, prenez vos responsabilités pleinement car c’est de cela que va dépendre l’avance ou le retard de notre communauté.Allah nous a fait l’honneur de nous accorder l’Islam et IL nous a donné la responsabilité de le pratiquer et de le répandre chacun à son niveau, IL nous dit :« Ce Coran est un grand honneur pour toi - ô Muhammad - et pour ta communauté, parce qu'il t'a été révélé dans la langue des Arabes. Vous serez interrogés, le Jour du Jugement Dernier, sur la manière dont vous vous serez acquittés de ses prescriptions et dont vous aurez été reconnaissants pour ce bienfait. » Mon frère, ma sœur,De la même manière que vous êtes responsable de votre personne envers Allah qui vous a créé, vous êtes responsable au sein de votre famille (et davantage dans une société permissive). Aujourd’hui, les valeurs reconnues ne sont plus protégées (mariage, pudeur, chasteté, etc.) et les conflits familiaux n’épargnent plus personne.Tout cela est le résultat d’un manque flagrant de responsabilité de notre part envers nous même, notre créateur, et nos familles. Nous sommes certes dans une impasse, et pour en sortir chacun de nous doit commencer par entamer un profond  changement dans sa modeste vie.  Ce changement doit respecter les étapes suivantes : 1-  Se former et s’instruire de la réalité de sa religion auprès des personnes ayant reçu ce savoir (grâce soit rendu à Allah notre communauté n’en manque pas) car le salut de votre cheminement vers Allah est conditionné par le savoir qu’il vous a ordonné d’apprendre et de suivre.2-  L’entraide mutuelle –à tous les niveaux – avec vos frères et vos sœurs qui œuvrent au rassemblement de votre communauté, que ce soit à l’intérieure des associations ou en dehors. Souvenez-vous que le loup s’attaque à la brebis qui s’égare du troupeau.3- La bonne pratique de ta foi et de ta religion, par la persévérance à l’accomplissement des prières à l’heure ordonnée, par le dikr (le souvenir constant de la  présence divine), par les dou’a (demander l’aide divine) pour vous-même, votre famille et vos semblables. Mes frères et mes sœurs en Islam,La bonne lecture du hadith que nous avons cité nous met en évidence  la vérité qui suit : Chaque membre de cette communauté a reçu un ordre de la part d’Allah de prendre ses responsabilités, il n’y aura pas de succès tant que chacun n’aura pas  pris entièrement la responsabilité à son niveau, car la communauté n’est que le reflet des membres qui la compose. 

 

 

08/01/2016

Ô Messager d'Allah! À quoi appelles-tu ?

 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Abou Tamima (qu'Allah les agrée), un homme de Balhajim a dit: Ô Messager d'Allah! À quoi appelles-tu ? Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « J'appelle à Allah seul, Celui qui lorsqu'un mal te touche et que tu L'invoques Il te l'enlève, Celui qui lorsque tu te perds sur une terre désertique et que tu L'invoques Il te fait revenir, Celui qui lorsqu'une famine te touche et que tu L'invoques Il fait pousser les plantes pour toi ».
L'homme a dit: Conseille moi ?
Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « N'insulte personne, ne néglige rien du bien, ne serait-ce que de rencontrer ton frère avec un visage avenant, ne serait-ce que de verser de ton seau dans le récipient de celui qui cherche de l'eau, met ton vêtement jusqu'au milieu de ton mollet et si tu refuses alors jusqu'aux chevilles. Et prends garde à laisser traîner ton vêtement car faire traîner le vêtement fait parti de l'orgueil et certes Allah n'aime pas l'orgueil ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Moqbil dans Al Sahih Al Mousnad Mima Laysa Fi Sahihayn n°1490)
 

عن أبي تميمة رضي الله عنه أن رجل من بلهجيم قال : يا رسول الله ! إلام تدعو ؟
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أدعو إلى الله وحده الذي إن مسك ضر فدعوته كشف عنك والذي إن ضللت بأرض قفر دعوته رد عليك والذي إن أصابتك سنة فدعوته أنبت عليك
قال : فأوصني
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا تسبن أحدا ولا تزهدن في المعروف ولو أن تلقى أخاك وأنت منبسط إليه وجهك ولو أن تفرغ من دلوك في إناء المستسقي وائتزر إلى نصف الساق فإن أبيت فإلى الكعبين . وإياك وإسبال الإزار فإن إسبال الإزار من المخيلة وإن الله لا يحب المخيلة
(رواه أحمد و صححه الشيخ مقبل في الصحيح المسند مما ليس في الصحيحين رقم ١٤٩٠)

 

03/01/2016

A méditer

Ali Ibn Abi Taalib disait : « Le bien ne consiste pas à avoir beaucoup d’argent et beaucoup d’enfants, mais le bien consiste à ce que ta science et ton indulgence croissent. La vie terrestre n’est un bien qu’uniquement pour deux personnes, pour celle qui a commis un péché et qui se corrige en se repentant, ou celle qui s’empresse à accomplir des bons actes. Un acte accompagné de crainte ne peut être amoindri, alors comment peut être amoindri un acte qui est accepté ? Certes, la vie terrestre s’en va, et la vie de l’au-delà se rapproche, et chacune d’elles a des enfants, alors soyez les enfants de l’au-delà et ne soyez pas les enfants de la vie terrestre, car aujourd’hui, c’est un jour d’actes sans jugement, et demain, ce sera un jour de jugement sans actes ».

Il disait : «  La patience au niveau de la foi est semblable à la tête au niveau du corps, et il n’y a aucun bien dans un corps sans tête. Il existe trois catégories de personnes (1) : le savant qui a une grande science et une grande pratique, la personne qui veut apprendre pour être sauvée et celle qui fait partie de la populace et de la tourbe, et qui suit toute personne qui croasse et qui suit chaque vent qui souffle ; elle ne s’éclaire pas avec la lumière de la science et elle ne se réfugie pas auprès d’un pilier solide. La science est meilleure que l’argent, car la science te protège, alors que l’argent, c’est toi qui le protège. La science augmente par la pratique, alors que l’argent diminue par les dépenses. La science est un juge alors que l’argent se fait juger. Les avantages de l’argent disparaissent avec sa disparition, alors que l’amour de la science est un acte avec lequel on se rapproche d’ALLAH. Les thésauriseurs d’argent sont des personnes mortes parmi les vivants, alors que les savants sont toujours présents, leurs êtres sont absents mais leurs paraboles sont présentes dans les cœurs. La science les a assaillis sous sa vraie forme, et ils ont trouvé souple ce que les opulents ont trouvé dur. Ils sont à l’aise avec la chose pour laquelle les ignorants ressentent de la répulsion. Ils ont vécu sur terre dans des corps dont les âmes étaient attachées aux êtres de l’au-delà, ah ! et ce, par désir ardent de les voir. Certes, j’ai vu les compagnons de Mohammed, mais aujourd’hui, je ne vois rien qui leur ressemble. Au petit matin, ils avaient les cheveux ébouriffés et ils étaient jaunes, ils avaient de la poussière sur eux et ils avaient des traces de larmes entre les yeux, ils passaient la nuit prosternées et debout, ils lisaient le Livre d’ALLAH, ils alternaient entre leurs fronts et leur pieds, et au matin, ils invoquaient ALLAH en se balançant comme se balance l’arbre un jour venteux, et leurs yeux coulaient de larmes au point de mouiller leurs vêtements ; par ALLAH ! c’est comme s’ils avaient passé la nuit inattentifs ».

1) Ibn Al-Jawzî les a mentionnées dans Sifatu Safwa d’après Kamîl ibn Zayâd.
 

31/12/2015

Mes voeux pour 2016..

Il est sidérant de constater que les gens se bousculent pour se souhaiter une bonne année sans pour autant s’arrêter un instant sur celle écoulée. Ne sachant pas s’ils se réveilleront demain matin, alors qu’ils savent pertinemment que durant les 365 jours passés, combien de prières ont-ils accompli à la mosquée (pour certains même pas une prosternation ni chez eux ni ailleurs), combien d’entre eux ont retenu leur langue pour ne pas dire du mal des autres, combien sont venus en aide aux démunis, combien ont fait des choses non conformes aux préceptes religieux, moraux ou autres.  S’ils sont morts il n’y a plus rien à faire pour eux mais s’ils sont malades c’est que leur cœur est bien atteint, les symptômes sont les suivants.   

Lorsque le cœur ne craint pas dans le rappel d’Allâh ou dans la prière, cela est une preuve que le cœur est malade. Il est nécessaire que la personne soigne cette maladie par la multiplication du retour auprès d’Allâh – ‘Azza wa Djal - et le fait de l’invoquer – Subhânahu wa Ta’âla - la sincérité dans l’intention concernant les moyens utilisés contre la maladie, et la recherche de protection contre Satan le lapidé, qui cherche à s’interposer entre la personne et son adoration. Lorsque la personne souhaite qu’Allâh – ‘Azza wa Djal - adoucisse son cœur à Son rappel, et sur ce qui a été révélé de la vérité, qu’elle invoque Allâh – ‘Azza wa Djal - avec véracité et sincérité. Certes Allâh – Subhânahu wa Ta’âla – est proche et Il est Celui qui exhausse, Il exhausse les invocations de celui qui l’invoque, et celui-ci obtient sa demande. Parmi les plus grandes causes de rectitude du cœur et de son bien-être, il y a la lecture du Qor’ân, qui est ce qui adoucit les cœurs et augmente sa fermeté. Et plus particulièrement lorsque la personne lit le Qor’ân et le médite ; lorsqu’elle lit le Qor’ân et sait sciemment que c’est la Parole d’Allâh – ‘Azza wa Djal ; lorsqu’elle le lit et qu’elle croit fermement à ses informations présentes ; lorsqu’elle le lit et met en application ses commandements et interdictions ordonnées. Elle espère ainsi l’obtention des nombreux bienfaits.

Kouider

JE VOUS SALUE BIEN MES CHERS VISITEURS ET MES VOEUX SONT...

 

Allah protège nous, protège les démunis, accorde la guérison aux malades (surtout les malades du cœur) guide les égarés vers ce que tu aimes et agrées. Allah accepte nos bonnes œuvres et éloigne-nous des mauvaises. Allah quand tu prendras notre vie que nous soyons croyants et musulmans. ( Allahoma tawafana mouslimines wa mouminines).

Amine ya rab. 

29/12/2015

UNE ASSOCIATION DÉNOMMÉE "AMEL" A ENCOURAGER !!! MAWLID ENNABAOUI À HADJOUT

Les bambins font la fête...

Ce fut dans l’immense hall de l’ancienne église de Hadjout, reconvertie d’abord en structure administrative et depuis quelques années en salle de lecture publique, que Mme Louafi Hafidha, la présidente de l’association Amel, dédiée à la promotion et l’aide à l’enfance et à la jeunesse, que le public a été accueilli en cette journée du jeudi consacrée aux festivités du Mawlid Ennabaoui.

Mme Louafi, entourée du staff de son association, en l’occurrence Mesdames Touche Nesrine, Ramdani Fatiha et Hadidi Hayet, s’affaire à accueillir les enfants et leurs parents. L’immense hall de cette salle des fêtes improvisée située au cœur de la ville de Hadjout, vient d’accueillir des centaines de personnes, dans une ambiance festive, survoltée par une forte sonorisation et des clowns qui font la joie et le grand bonheur des bambins.
«Les objectifs de notre association sont multiples ; nous intervenons dans l’apprentissage de la culture, des arts, de la science, du savoir, de l’éducation et du volontariat au profit de l’enfance et de la jeunesse», affirme Mme Louafi, qui précise qu’«à l’occasion du Mawlid Ennabaoui, les bambins des classes primaires et moyennes ici présents présentent de petites pièces théâtrales, des sketches, des expositions, des chorales et des chants», ajoute la présidente de cette association.

Parmi les autres actions dédiées à la jeunesse, à l’enfance et aux citoyens, cette association se charge aussi d’actions sociales et caritatives, que des bienfaiteurs et des donateurs encouragent à donner par le truchement de dons financiers et alimentaires, notamment de la Zakat, nous apprend Mme Louafi, qui affirme à ce sujet «nous avons remis des sommes d’argent à des personnes hommes et femmes et pères et mères de famille démunis, pauvres ou en détresse familiale nécessitant un secours».

Cette dame déplore cependant ne pas disposer de siège ni de moyens et équipements destinés à la jeunesse et à l’enfance «nous souhaitons créer des clubs d’apprentissage de travaux manuels, de la création, de l’art et de l’assistance scolaire et des langues ; nous souhaitons organiser des caravanes de sensibilisation contre les dangers de la drogue, de la violence et de la débauche et regrouper des enfants et des adolescents par le biais de chorales, de théâtre et de volontariat», affirme cette présidente.

Lors de cette journée festive, la joie et le bonheur se lisaient sur les visages de ces enfants, notamment provoqués par les clowns troubadours et la séance de distribution de prix et cadeaux aux lauréats du concours où se sont opposés avec passion, engouement et intérêt, les élèves des écoles Chaib-Amina et Abdelhamid-Ben Badis.
 

Larbi Houari (Soir d'Algérie).

Avis aux responsables de l'association AMEL , 

Merci de nous communiquer vos coordonnées afin qu'on puisse apporter une aide à votre magnifique travail qu'Allah l'accepte inchaallah.

 

27/12/2015

Réchauffement climatique vous avez dit ?

« Quand on connait la situation et les mécanismes qui font marcher le monde, on prend conscience que la dégradation qui règne sur le temps, la nature, les animaux, et les hommes est provoquée par certains événements. Depuis toujours, les œuvres des fils d’Adam qui se rebellent contre les messagers d’Allah sont à l’origine de la dégradation à grande échelle qu’ils subissent ; maladie, peste, pénurie, aridité, privation ou diminution de l’abondance et des fruits de la terre sont autant de fléaux qui les frappent en chaînes. Si ton savoir est limité dans ce domaine, contente-toi alors du Verset : La corruption s’est répandue sur la terre et la mer à cause du mal que les hommes ont commis. Compare entre ce Verset et la situation dans le monde, et tu te rendras compte pour quelle raison les fruits, les récoltes et les animaux subissent-ils constamment des fléaux ! Comment ces fléaux sont-ils à l’origine d’autres fléaux qui s’enchaînent les uns à la suite des autres ?

Toutes les fois que les hommes font régner la perversité et l’injustice, Leur Seigneur leur envoie des fléaux qui s’abattent sur leur nourriture, les fruits, le temps, l’eau, leur personne et leur santé. Toute sorte de calamités qui reflètent leurs actes. Auparavant, les graines de blé étaient beaucoup plus grosses qu’aujourd’hui. Selon l’Imam Ahmed, avec sa propre chaîne narrative, on trouva dans les réserves d’un émir de la dynastie omeyyade, un sac de blé dont les graines étaient aussi grosses qu’un noyau de datte et sur lequel était inscrit : ces graines poussaient à l’époque où régnait la justice. L’Imam Ahmed recense cette annale dans son recueil el musnad à la suite d’un hadîth qu’il rapporte.

La plupart des maladies et des grands fléaux qui règnent aujourd’hui sont les traces des punitions célestes qui touchèrent les civilisations anciennes. Ils sont désormais à l’affut de leurs successeurs qui les imitent dans la façon de gouverner et de faire régner la loi et la justice. Le Prophète (que le salut soit sur lui) fait allusion à ce phénomène en parlant de la peste au sujet de laquelle il déclare : « Elle est la trace de l’infamie ou de la punition qui fut envoyée aux enfants d’Israël. » En outre, Allah fit s’abattre un vent foudroyant contre un peuple pendant sept nuits et huit jours. Désormais, la trace de ce vent ou d’autres vents de ce genre nous rappelle cet évènement et nous sert de leçon.

L’homme sensé promène son regard à travers tous les coins de la terre pour vérifier cela. Il peut voir ainsi les lieux où la justice et la sagesse d’Allah se sont manifestées. Dès lors, il se rend compte que seuls les prophètes et leurs adeptes suivent le chemin de la délivrance. Quant au reste de l’humanité, ils sont voués à la ruine et se dirigent vers la demeure de la perdition. Allah atteint toujours ce qu’Il veut, personne ne peut contester Son Jugement et s’opposer à Sa Volonté. Certes, Il est Celui qui concède la réussite ! »

Wa Allaho aalam...

 

25/12/2015

 

Onde de choc en Israël après des images d'extrémistes juifs célébrant la mort d'un bébé palestinien brûlé vif...

 

Palestine

 

 

Trois Palestiniens ont été tués jeudi alors qu'ils menaient des attaques contre des Israéliens et un quatrième lors de heurts avec l'armée israélienne dans un contexte de violences encore exacerbé par la diffusion d'images d'extrémistes juifs célébrant la mort d'un bébé palestinien.

La diffusion d'images montrant des extrémistes juifs célébrant la mort du bébé palestinien brûlé vif avec ses parents en Cisjordanie occupée en juillet a relancé jeudi le débat sur la violence juive en Israël. Ces images, filmées il y a une dizaine de jours lors d'un mariage, montrent une foule de jeunes juifs orthodoxes qui dansent en brandissant des armes à feu et un cocktail molotov et en faisant passer, en la poignardant, une photographie d'Ali Dawabsheh. Ce bébé de 18 mois a été tué avec ses parents fin juillet dans l'incendie criminel de leur maison dans le village de Douma, en Cisjordanie occupée. De la famille Dawabsheh n'a survécu qu'un enfant de quatre ans, grièvement brûlé et toujours hospitalisé en Israël.

Une enquête ouverte

Les images, diffusées mercredi soir par la chaîne 10 de télévision israélienne, ont été largement reprises sur les sites d'informations et par les réseaux sociaux. Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi avoir ouvert une enquête sur ces images. Une porte-parole de la police a précisé que l'enquête avait déjà été ouverte "il y a plusieurs jours" juste après que les services de sécurité ont visionné les images du mariage.

"Le vrai visage d'un groupe qui constitue un danger pour la société israélienne et la sécurité d'Israël"

La vidéo a été saisie par la police le jour même du mariage et transmise au ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon qui a ensuite organisé une réunion en début de semaine avec des représentants de colons pour leur montrer les images, a indiqué une porte-parole du ministère de la Défense. "Les images choquantes qui ont été diffusées à la télévision (...) montrent le vrai visage d'un groupe qui constitue un danger pour la société israélienne et la sécurité d'Israël", a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un communiqué. "Nous ne sommes pas prêts à accepter que des gens nient les lois de l'Etat et ne considèrent pas qu'ils y sont assujettis", a-t-il ajouté. "Ces images soulignent combien il est important pour notre sécurité à tous que le Shin Beth (la sécurité intérieure israélienne) soit fort", a-t-il ajouté, faisant allusion aux protestations récentes d'une frange extrême de la droite israélienne contre les méthodes utilisées par le Shin Beth contre les suspects juifs de l'incendie de Douma.

L'un des déclencheurs de la vague actuelle de violences en Israël et dans les Territoires palestiniens

Cet incendie criminel a marqué les Palestiniens et passe pour l'un des déclencheurs de la vague actuelle de violences en Israël et dans les Territoires palestiniens. Plusieurs arrestations d'extrémistes juifs ont été conduites dans le cadre de l'enquête sur l'incendie et le Shin Beth a indiqué que les suspects arrêtés étaient "des jeunes soupçonnés d'appartenir à une organisation terroriste juive et d'avoir commis des attentats".

Le marié était un membre connu de l'extrême droite israélienne

Selon les médias israéliens, le marié était un membre connu de l'extrême droite israélienne, questionné dans le passé pour son rôle présumé dans des actes de "terrorisme juif", et nombre des invités à la réception étaient des amis ou des proches des suspects arrêtés dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de Douma.

Plusieurs leaders nationalistes appartenant à la mouvance des colons ont dénoncé les images et le ministre de l'Education et chef de file du parti nationaliste religieux Foyer juif, Naftali Bennett, partisan de la colonisation, a déclaré dans une vidéo publiée sur sa page Facebook qu'il s'agissait de "terroristes dont le but était de démanteler l'Etat d'Israël""Le meurtre de sang froid d'innocents est méprisable, de même que le fait de (...) célébrer un tel acte", a quant à elle estimé la ministre adjointe des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, membre du Likoud, le parti de droite de M. Netanyahu, et connue pour ses déclarations nationalistes et son opposition à un Etat palestinien

 

LES MEDIAS FRANCAIS ET AUTRES NE VONT PAS PARLER DE CE FAIT INQUALIFIABLE CAR C'EST NOËL ON NE VA PAS SE GACHER LA FETE AVEC UNE HISTOIRE DE BEBE PALESTINIEN BRULE VOYONS!!!!

24/12/2015

ALLAH Exalté Soit-Il dit dans Son Livre Sourate Maryam v. 88:

Ils disent que le Miséricordieux S’est donné un enfant. Quel blasphème abominable proférez-vous là! peu s’en faut que les Cieux ne se fendent, que la Terre ne s’entrouvre et que les montagnes ne s’écroulent [à cause de ce que vous dites]

وَقَالُوا اتَّخَذَ الرَّحْمَنُ وَلَداً لَقَدْ جِئْتُمْ شَيْئاً إِدّاً .تَكَادُ السَّمَاوَاتُ يَتَفَطَّرْنَ مِنْهُ وَتَنشَقُّ الْأَرْضُ وَتَخِرُّ الْجِبَالُ هَدّاً

ALLAH mentionne le fait de lui attribuer un enfant comme une parole abjecte et abominable qui mériterait de fendre la Terre et d’écrouler les montages. Et quelle pire parole y aurait-il que d’attribuer au puissant Seigneur des cieux et de la Terre un mensonge horrible?

Que penser donc de ceux qui célèbrent cette abomination? Que penser de ceux qui, en toute insouciance, s’offrent des présents et s’envoient des félicitations? Cette parole et cette fête risque d’être la cause du châtiment du feu de millions de personnes, il incombe donc au croyant sincère de s’éloigner de cette pratique et de la haïr du plus profond de son cœur.

Et ce n’est pas tout! Ceux qui célèbrent Noel ne font pas que mentir sur leur Créateur! pire encore! Ils accordent à un personnage inventé des attributs d’Allah et les enseignent au tout petits: le père « Noel ». Analysons donc ce qu’ils disent sur ce prétendu père Noel et comparons le à ce que l’Islam nous apporte:

Le père Noël (selon eux) descend du Ciel pour apporter des cadeaux et de la subsistance aux enfants du monde entier. Il répond donc aux vœux des enfants et apporte dans leur cœur le bonheur. ( mensonge aux innocents depuis leur jeune âge)

Gloire et Pureté à ALLAH! 
Qui réponds aux invocations si ce n’est Lui? 
Qui apaise le soucieux? nourrit l’affamé? vêtit le dénudé? enrichi l’endetté si ce n’est Lui? 
Qui d’autre que Lui descend au dernier tiers de chaque nuit pour exaucer les demandes de ses serviteurs?

Et cela tous les matins avec des milliards de présents en disant " où sont mes invocateurs que j'exauce leurs vœux"

Allah guide-nous vers ce que tu aimes et agrées.

 

23/12/2015

إِنَّ   الله  وَمَلَائِكَتَهُ يُصَلُّونَ عَلَى النَّبِيِّ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا صَلُّوا عَلَيْهِ وَسَلِّمُوا تَسْلِيماً

 

Mawlid

22/12/2015

A mes frères et soeurs...

''Certains te voient pieux, d'autres pêcheur et d'autres... Mais... Toi tu sais qui tu es.
Le seul secret que personne d'autre que toi ne sais c'est : "le secret qui te lie à ton Seigneur.''
Ceux qui font des éloges ne vont pas te leurrer et ceux qui dénigrent ne vont pas te nuire.
Allah a dit : {l'homme a sur lui-même du discernement.}
Parmi les dangers d'être entre l’obéissance et le péché c'est que tu ne sais pas à quel moment cela va se terminer.
Obéis avec sincérité sans vouloir que cela s'arrête et sois constant dans les recommandations pour te rapprocher d'Allah sans le faire à contre coeur.
Par Allah tu as plus besoin de son obéissance alors que lui n'a pas besoin d'elle.
Ne sois pas focaliser sur combien les gens t'aiment, leurs coeurs vacillent, il se peut qu'on t'aime aujourd'hui et qu'on te déteste demain.
Focalise-toi sur comment Allah peut t'aimer alors s'il t'aime, il mettra ton amour dans le coeur des gens.
L'interdit reste interdit même si tout le monde le fait. Ne renonce pas à tes principes et ne fait pas attention à eux, tu seras juger seul.
Donc tiens toi droit comme on te l'a ordonné et non comme tu en as envie.
Place entre toi et Allah des secrets et confidences que seul lui connait
- certes les pêchés fait en secret son périlleux
- mais en comparaison les bonnes actions faites en secret sont salvatrices.

Wa Allaho aalam...

 

18/12/2015

La Naissance du Prophète MouHammad | وِلادَة النَبِيِ مُحَمّدٍ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ

 

Mawled el nabawi el charif

 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

Allâh Ta`âlâ dit dans le Qour'ân honoré :

﴿ لَقَدْ جَاءكُمْ رَسُولٌ مِّنْ أَنفُسِكُمْ عَزِيزٌ عَلَيْهِ مَا عَنِتُّمْ حَرِيصٌ عَلَيْكُم بِالْمُؤْمِنِينَ رَؤُوفٌ رَّحِيمٌ

( laqad jâ’akoum raçôuloun min ‘anfousikoum `azîzoun `alayhi mâ `anittoum HarîSoun `alaykoum bi l-mou’minîna ra’ôufoun raHîm)

ce qui signifie : « Il vous est parvenu un Messager issu d’entre vous, qui craint pour vous que vous ne commettiez ce qui fait mériter le châtiment, qui s’attache avec ferveur à ce que vous ayez la foi, qui fait preuve d’une immense compassion et qui est miséricordieux envers les croyants » [sôurat At-Tawbah / 128].

Al-Bayhaqiyy a rapporté d'après Ibnou `Abbâs qu'il a dit : le prophète est né l'année de l'éléphant. Quant au mois de sa naissance c'est rabî`ou l-'awwal (3ème mois lunaire), et ce qui est retenu par les savants qu'il est né la douzième nuit de ce mois (ce qui correspond à la nuit du dimanche 12/01/2014 au lundi 13/01/2014). Quant au jour de sa naissance il s'agit du lundi sans divergence, ainsi Mouslim a rapporté d'après Abôu Qatâdah al-'AnSâriyy que Allâh l'agrée qu'il a dit : le Prophète صلى الله عليه وسلم a été interrogé sur le jeûne du lundi il a dit :

« ذاك يوم ولدت فيه، وأُنزل عليّ فيه »

Ce qui signifie : « en ce jour je suis né et en ce jour j'ai reçu la révélation ».

Le Prophète MouHammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam est né le lundi 12 du mois de Rabî`ou l-'awwal de l'année de l'éléphant. Le Mawlid 2015 / 1437 : La nuit du 12 du mois de Rabî`ou l-‘awwal 1437 correspond à la nuit du mardi 22 au mercredi 23/12/2015.

Allâh Ta`âlâ a envoyé notre Maître MouHammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam et a fait de lui la meilleure de Ses créatures et la plus honorable selon Son jugement.

Il l'a honoré par rapport à toutes les créatures au point que soient apparus, lors de sa naissance, des signes qui indiquent l'éminence de ses bénédictions.

L'un des savants de ceux qui ont composé des ouvrages au sujet de la naissance du prophète, a dit : « 'Âminah la fille de Wahb fut enceinte portant le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam l'après-midi du vendredi de la première nuit de Rajab. Lorsqu'elle fut enceinte de lui Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam, on voyait les oiseaux qui voletaient autour d'elle par honneur pour celui qu'elle portait en son sein. Lorsqu'elle voulait puiser de l'eau d'un puits, l'eau montait jusqu'à elle par honneur et gloire pour le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam.

يقولُ اللهُ تعالى في القرءانِ الكريمِ : ﴿ لَقَدْ جَاءكُمْ رَسُولٌ مِّنْ أَنفُسِكُمْ عَزِيزٌ عَلَيْهِ مَا عَنِتُّمْ حَرِيصٌ عَلَيْكُم بِالْمُؤْمِنِينَ رَؤُوفٌ رَّحِيمٌ ﴾ [سورة التوبة ءاية 128].

وروى البيهقي عن ابن عباس رضي الله عنهما أنه قال: ولد النبي صلى الله عليه وسلم عام الفيل.

أما شهر مولده فهو شهر ربيع الأول، و المعتمد أنه كان لثنتي عشرة ليلة خلت من الشهر المذكور. (الذي يوافق ليلة الثلاثاء 22\12\2015 إلى الأربعاء 23\12\2015). المولد النبوي 12 ربيع الأول 1437 = الأربعاء 23 ديسمبر 2015

أما يوم مولده فهو يوم الاثنين بلا خلاف، فقد روى مسلم عن أبي قتادة الأنصاري رضي الله عنه أنه قال: سُئل رسول الله صلى الله عليه وسلم عن صوم يوم الإثنين فقال: « ذاك يوم ولدت فيه، وأُنزل عليّ فيه ».

وأما مكان مولده فالصحيح المحفوظ أنه كان بمكة المشرفة، والأكثر أنه كان في المحل المشهور بسوق الليل وقد جعلته أم هارون الرشيد مسجدًا ذكر ذلك الحافظ العراقي وغيره، وقال الأزرقي: "إنه ذلك البيت لا اختلاف فيه عند أهل مكة" ا.هـ. ويُعْرف المكان اليوم بمحلة المولد. توفي والده صلى الله عليه وسلم عبد الله وهو ابن شهرين ، ثم أرضعته حليمة فكان من قصة رضاعه من حليمة عجائب وغرائب ببركته صلى الله عليه وسلم.

وقَدْ قَالَ بعضُ العلماءِ مِمَّنْ ألَّفَ في قِصَّةِ المولِدِ الشريفِ: حملَتْ ءامِنةُ بنتُ وَهَبٍ برسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ عشيَّةَ الجُمُعةِ أوَّلَ ليلةٍ مِنْ رَجَبٍ. وإنَّ ءامِنَةَ لمَّا حملَتْ برسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ كانَتْ ترى الطيورَ عاكِفَةً عليها إجْلالاً للذي في بَطْنِها وكانَتْ إذا جاءَتْ تستقي مِنْ بئرٍ يَصْعَدُ الماءُ إليها إلى رأسِ البِئْرِ إجلالاً وإعظاماً لرسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ.

17/12/2015

Le mérite de prier les prières du 'icha et du fajr en groupe... 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après 'Othman Ibn 'Affan (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui prie le 'icha en groupe c'est comme s'il avait prié la moitié d'une nuit et celui qui prie le 'icha et le fajr en groupe c'est comme s'il avait prié une nuit complète ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°555 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)
 


عن عثمان بن عفان رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من صلى العشاء في جماعة كان كقيام نصف ليلة ومن صلى العشاء والفجر في جماعة كان كقيام ليلة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٥٥ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

15/12/42015

Tu ne liras aucune lettre sans que... 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après 'Abdallah Ibn 'Abbas (qu'Allah les agrée) : Jibril était assis auprès du Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu'il a entendu un bruit au dessus de lui, il a levé sa tête et a dit: « Ceci est une porte des cieux qui a été ouverte aujourd'hui et elle n'a jamais été ouverte avant aujourd'hui.
Un ange en est descendu, il a passé le salam et a dit: Reçois la bonne nouvelle de deux lumières qui te sont données et n'ont été données à aucun prophète avant toi -Fatihatoul Kitab- (1) et la fin de sourate Baqara (2), tu ne liras aucune lettre d'entre elles sans qu'il te soit donné (3) ». 
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°806)

(1) C'est à dire la sourate Al Fatiha n°1

(2) C'est la sourate n°2

(3) Le Cheikh Safi Rahman Al Moubarakafouri a dit dans Minnatoul Moun'im Charh Sahih Mouslim vol 1 p 506: « C'est à dire qu'il t'es donné ce que contiennent ces versets comme demandes telle que : -Guide nous sur le droit chemin-, -Pardonne nous-, -Ô Seigneur ne nous prend pas- et les autres phrases comme celles-ci. Et quant aux phrases dans lesquelles il n'y a pas de demande comme la louange -El Hamdoulilah Rabbil 'Alamin- et les éloges alors il t'es donné leurs récompenses ».
 


عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال : بينما جبرائيل قاعد عند النبي صلى الله عليه وسلم سمع نقيضا من فوقه فرفع رأسه فقال : هذا باب من

السماء فتح لم يفتح قط إلا اليوم فنزل منه ملك
فقال : هذا ملك نزل إلى الأرض لم ينزل قط إلا اليوم فسلم وقال : أبشر بنورين أوتيتهما لم يؤتهما نبي قبلك فاتحة الكتاب وخواتيم سورة البقرة لن تقرأ بحرف منهما إلا أعطيته
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٨٠٦)

11/12/2015

 

11 DECEMBRE 1960 : Une date qu’il n’est pas permis d’oublier

Parmi les dates qui ont marqué l’histoire de l’Algérie, tout autant que le 8 mai 1945, le 1er novembre 1954, le 20 août 1955, le 17 octobre 1961, le 18 mars 1962, le 5 juillet 1962, il y a la fatidique journée du 11 décembre 1960.

11 decembreCe 11 décembre 1960 est plus qu’un événement à commémorer. C’est une journée, au cœur de l’histoire, très particulière durant laquelle, spontanément, le peuple algérien, à travers l’ensemble des villes, s’est soulevé pour crier haut et fort « non à l’Algérie française ». Des slogans fusaient de partout. Des hommes, des femmes et même des enfants ont investi la rue pour exprimer fermement leur attachement aux valeurs de novembre 54, bravant les forces coloniales qui leur faisaient barrage. 
 

Une réponse claire et décisive 

Parmi les maquisards, témoin de l’heure, si Hocine n’était pas le seul à affirmer : » le 11 décembre à répondu à De Gaulle qui disait: « Je ne négocierai pas avec le FLN » et le peuple, comme mu par une seule voix lui a répondu : « Vive le GPRA, vive le FLN, l’Algérie indépendante ». Il s’agit là d’une réponse claire et décisive. Après cinq années de guerre durant lesquelles le peuple algérien a eu droit à toutes les souffrances et les atrocités. L’armée coloniale n’y allait pas d’une main légère. Des crimes, après ceux du 8 mai 1945, les plus odieux furent commis par les forces d’occupation. Le peuple algérien a payé un lourd tribut avant de recouvrer son indépendance et sa liberté longtemps acclamées. 
 

Non à la soumission et à l’assimilation. 

Depuis 1830 le peuple algérien n’a cessé de dire non à la soumission et à l’assimilation. Pour rester dans le décor du 11 décembre 1961, il y a lieu de souligner qu’une année auparavant le général De Gaulle, dans ses calculs et son cher projet d’une troisième force en Algérie, après avoir tenté « la paix des graves » en direction des Moudjahidine avait décidé d’élargir des milliers de détenus. L’année1959 allait marquer, en quelque sorte, un tournant, dans la politique française à l’égard de l’Algérie. Les partisans de la politique prônée par le général De Gaulle, engagés totalement dans la recherche d’une troisième voie à laquelle ils étaient fidèles, et les ultras de l’Algérie Française redoublèrent leur activisme et leurs manifestations hostiles et provocantes. Les gaullistes fidèles au général, convaincus que le peuple algérien allait les suivre, pensèrent le gagner en multipliant leurs actions assimilationnistes, leurs largesses, en nommant des ministres d’origine musulmane comme Mohamed Sid Cara. A travers leurs actions, les gaullistes croyaient fermement rattraper le temps perdu des 130 années d’occupations en lançant de vastes projets en faveur des algériens, notamment la multiplication des actions sociales, la construction des cités HLM, l’instauration des SAS, des CFJA (centre de formation des jeunes algériens). Sur le plan économique, le lancement du fameux « plan de Constantine ». On construisit également beaucoup de gendarmeries. N’était-ce pas dans cette troisième force que la France pensait rallier à elle les couches sociales défavorisées ? Sorti dans la rue, le peuple algérien, tout en clamant son attachement aux principes et aux valeurs de novembre 1954 ainsi qu’à l’indépendance fit des manifestations du 11 décembre 1960 une autre arme de combat pour soutenir les actions menées par le FLN et l’ALN simultanément. C’était aussi une manière de prouver son adhésion à lutte menée par ces deux instances pour le recouvrement de l’indépendance. En dépit de la nouvelle politique engagée par les gaullistes (inspirée par le général), la répression continue par ailleurs. 
 

Après le 11 décembre c’est le réveil national. 

Unanime, le peuple algérien a affirmé sa volonté de mener le combat jusqu’à la victoire finale. Si Belgacem, un ancien militant, dira des événements de décembre 1960 : « Ce sont des manifestations populaires mais organisées. » et d’ajouter : « Après le 11 décembre, c’est le réveil national ». Quant au commandant Boujnaha, il parle de « Second souffle de la révolution ». En investissant la rue et en manifestant, les algériens ont brandi l’emblème national pour montrer leur détermination et prouver aux ultras qui croyaient tant à l’Algérie Française, qu’ils défendraient jusqu’à la dernière goutte de sang, s’il le fallait, l’indépendance du pays. Cette indépendance si chère aux algériens, défendue au parant par El Moukrani, Fatima N’soumer, l’Emir Abdelkader, Bouamama a été arrachée après 7 années et demie de lutte et de pertes en vies humaines, contrairement à ceux qui continuent de croire que De Gaulle l’a accordée à l’Algérie dans un geste magnanime. N’était-ce pas lui qui organisa les grandes opérations ? Il y en avait trois types : les grandes opérations avec des postes de fixation, les ratissages et les opérations dites de routine. Et c’est aussi après 1958 que furent lancées les opérations dites « jumelles précieuses ». A cela s’ajoute une autre arme redoutable qu’est le plan Challes, une pure inspiration du vaillant général. Et que dire de la terre brûlée ? 
 

Les retombées du 11 décembre. 

Il va sans dire que les manifestations du 11 décembre ont permis aux nations entières de se rendre compte de la gravité de la situation en Algérie. A l’extérieur la cause algérienne fut portée avec célérité à l’ONU. Le peuple algérien a su attirer sur lui le regard des autres peuples et des dirigeants de plusieurs pays qui ont soutenu avec ferveur et fermeté la lutte menée par celui-ci. Lors de ses visites en Algérie le général De Gaulle s’est rendu à l’évidence que les ultras agissaient à l’encontre de sa politique vis-à-vis de l’Algérie, de même qu’il s’est rendu compte du désir des algériens présents dans les rues partout où il est passé. Les manifestations du 11 décembre sont la continuité de tous les événements qui ont précédé cette datte historique à travers lesquels le peuple algérien a démontré qu’il était décidé à aller jusqu’au bout de ses revendications, c'est-à-dire la victoire finale. 
 

Les générations montantes et l’histoire 

Les générations qui n’ont ni connu ni vécu ces douloureux événement, s’ils ne sont pas informés de l’histoire réelle de leur pays, resteront à la marge de ce que le peuple a enduré de 1830 à 1962. La tâche reviendrait très certainement à l’école, source du savoir, de les en informer progressivement durant tout leur cursus scolaire. Qui des jeunes sait exactement ce que signifie la date du 11 décembre 1960? Ne sont-ce pas ces manifestations qui ont conduit aux accords d’Evian du 18 mars 1962 ? Il est grand temps que les générations montantes apprennent ce qui s’est passé dans leur pays entre 1830 et 1962, hormis les dates les plus importantes de l’histoire de l’Algérie. 

 

10/12/2015

URGENT...

NOUS RELIONS L'APPEL D'UNE INTERNAUTE.

12321549 1663147623964237 8220322124116908355 n

Salem aalaykom, je veux lancer un appel d'urgence à tous les citoyens de la ville de Hadjout, notre maternité est menacée par la fermeture de ses portes parce qu'elle est dépourvue de gynécologue. Toutes les femmes sur le point d'accoucher ou celles qui ont un problème gynécologique sont obligées de se déplacer vers d'autres structures,Tipaza, Kolea ou bien Zeralda. Si seulement vous pouvez imaginer toutes les contraintes et les difficultés qu'elles subissent, non seulement du long trajet mais aussi de la bonne prise en charge. Notre belle ville possède une maternité avec une structure vaste et propre et un personnel qualifié . Mon SOS est celui de sensibiliser les bons citoyens à en parler au maire, chef de la daiera et même s'il le faut au wali pour nous aider à trouver des solutions en lançant un appel aux gynéco-obstétriciens afin de venir travailler dans notre notre établissement hospitalier, merci du fond du coeur. Adjrokom iinda Allah.

Mima Chaba.

09/12/2015

 

Choqués par des passages du Coran, à regarder jusqu'à la fin c'est hallucinant. Je n'aurai jamais pensé cela.

07/12/2015

Je suis un musulman

03/12/2015

Si ta demande a été brève, son contenu est vraiment large Au nom d'Allah,

le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Al Bara Ibn 'Azib (qu'Allah l'agrée), un bédouin s'est rendu auprès du Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) et a dit: Ô Messager d'Allah ! Apprend moi un acte qui va me faire rentrer au paradis.
Le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si ta demande a été brève, son contenu est vraiment large. Affranchis l'esclave, rachète le captif. Si tu ne peux pas faire cela alors nourris celui qui a faim, donne à boire à celui qui a soif, ordonne le bien et interdit le mal et si tu ne peux pas faire cela alors retiens ta langue sauf pour prononcer un bien ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2853)
 


عن البراء بن عازب رضي الله عنه قال : جاء أعرابي إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال : يا رسول الله ! علمني عملا يدخلني الجنة
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن كنت أقصرت الخطبة لقد أعرضت المسألة . أعتق النسمة وفك الرقبة فإن لم تطق ذلك فأطعم الجائع واسق الظمآن وأمر بالمعروف وانه عن المنكر فإن لم تطق ذلك فكف لسانك إلا عن خير

(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٨٥٣)

02/12/2015

UN PETIT CADEAU AUX AMOUREUX DE CE PAYS A REGARDER UNE PREMIERE FOIS, ET UNE SECONDE FOIS A ECOUTER LES YEUX FERMES.....

 

***********

Chaussures place de la republique

Pour le FN ceci est une preuve irréfutable de la monté de l'islamisme radical en France !! Ils la publieront bien un jour avec ce titre, quelque part... héhé ! . Les mosquées "de prières de rues" ne doivent pas être loin, c'est sur, les chaussures sont la preuve !! "Il faut reprendre les caves de la république aux " imams des caves " de Trappes, de Gennevilliers... de toutes les banlieues, ainsi que de France et de Navarre (parce que la banlieue c'est pas vraiment la France évidemment...) Dixit FN évidement.... c'est dans leur corde. émoticône smile
Bon vu le niveau des discours, un peu d’imagination, et hop " le discours facho pour les nuls ", idée cadeau noël 2016 ! Mais bon, j'en reviens a mon mouton...
"imans des caves " est le nom que les médias donnent à chaque fois, alors que ce terme vient des discours de propagande anti islam qu'ils martèlent a longueur d'année depuis des lustres en ayant comme stratégie... "qu'avec un peu de chance" et surtout d’ignorance, le vent tourne pour eux à la faveur... d'une actualité bouillante, voir d'un fait divers si ya rien d'autre a ce mettre sous la dent ! Donc "imams des caves " a été repris par les médias et introduis dans le langage courant (comme d'autres mots d'ailleurs ), genre tu discutes même plus l'expression, c'est bon ça va, c'est normale, si tout le monde le dis, hein?! 
D’où il existe, un "Islam des caves", sérieux ???!!! , ou les mecs fomenteraient en secret des projets fous et appellent en Syrie le soir pour avoir des nouvelles du front et donner le temps qu'il fait en Banlieue Parisienne (parce que c'est toujours en banlieue aussi ! ma fois... faut que ça colle, et que ça fasse un peu flipper ) 
Les terroristes ont loué leur caisse chez Europcar, acheté leur détonateurs sur le net dans une boutique en France, grugent dans le métro le soir des attentas, utilisé des téléphones, font " la une du magasine de l'EI avant de partir ...", se prennent un dernier mac do au stade de France... et oups ! !!! Bref les caves, c'est pour mettre des affaires de l'appart de Jawad au mieux..., 
Donc faudra surtout m'expliquer comment la rhétorique des discours du FN utilisé pour stigmatiser et donner un effet de cabale dans ce cas, se retrouvent dans le langage courant grâce à l'appareil médiatique sans que personne ne s'offusque plus que ça? et ben moi je m'offuskle ! voila !Pas content et Bon reste du dimanche.

 

 

?????????

 Depuis les attentats terroristes de vendredi dernier, je m'efforce à trouver des réponses aux questtions suivantes: Comment des français ayant grandi et étudié en France transcendent les valeurs républicaines pour basculer dans le fondamentalisme aveugle? En outre, la liberté d'expression dans ce pays signifie aussi de manière inéluctable, la liberté de réception des dogmes étrangers aux principes républicains. Pourquoi poignarder la Mère qui nous a donnés naissance et tuer les Frères utérins? Pourquoi la France a-t-elle laissé ses enfants se nourrir d'une idéologie criminelle? Il n'y a pas de doute, le système politique actuel souffre de carences muliples. La politique du gouvernement envers les jeunes doit-être complètement remise en question. Pourquoi les valeurs universelles de tolérance, d'amour, de fraternité, d'ouverture sur les autres civilisations et surtout de coexistence dans la non-violence ne sont pas ancrées avec conviction dans les esprits des jeunes français? Pourquoi les citoyens français ont encore du mal à transcender l'esprit communautaire pour asseoir l'esprit républicain? Le Virus du doute sur soi et de la division ne profitent qu'à l'adversaire de la France et par extension à l'humanité entière. Le gouvernement de François Hollande à tout intérêt à réviser sa politique extérieure pour s'occuper des citoyens et notamment des jeunes en quête de références sûres.

 

 

Le Coran est-il violent?

Un certain philosophe médiatisé sillonne les plateaux télévisés (sans jamais faire face à un spécialiste pour lui donner la réplique) en brandissant une feuille contenant des passages coraniques (avec une certaine liberté dans la traduction) tels que: « exterminez les incrédules[1] jusqu’au dernier », « Ô Prophète encourage les croyants au combat », « Frappez-les sur le cou et aux jointures », « tuez-les là où vous les trouverez »… autant de passages qui, cités de cette façon, donnent la chair de poule et démontreraient, selon ce philosophe, que le Coran serait un livre violent, sanguinaire qui fait l’apologie de la violence. Or, citer des passages coraniques en les isolants de l’ensemble de l’énoncé et en abstraction de leur contexte de révélation est une manipulation grotesque et une malhonnêteté intellectuelle déconcertante.

Que dit vraiment le Coran à propos de la violence? Que signifie la notion de « djihad » en islam?

Les médias et certains écrits occidentaux ont créé, le plus souvent volontairement et parfois par ignorance, une confusion entre « le djihad », « la violence » et « le terrorisme ». Certains vont même jusqu’à déclarer que l’islam est intrinsèquement violent puisque le Coran justifierait et légitimerait, selon eux, la « guerre sainte ». D’autant qu’on trouve constamment dans la biographie du Prophète (saws) le meurtre, le crime, l’épée, les expéditions punitives …

Or cette confusion n’a aucun lien avec le sens réel de cette notion dans le lexique de l’islam.

En effet, dans la conception musulmane, le « djihad » correspond au fait de déployer son effort et son énergie dans tous les domaines de la réforme. Ainsi, l’appel à Dieu par la sagesse et la bonne exhortation est un « djihad ». La réforme de l’éducation, de l’enseignement et de la culture est un « djihad ». Le développement économique est un « djihad ». L’établissement de la justice sociale et de la liberté est un « djihad ». L’attention accordée aux pères, aux mères, aux conjoints et aux enfants est un « djihad ». Le travail est « djihad ». Se préoccuper de l’intérêt général est un « djihad ». La justice et le respect des engagements à l’égard des musulmans et des non-musulmans est un « djihad ». L’attention accordée aux animaux et à l’environnement est un « djihad ». L’éducation de son âme et la purification spirituelle est un « djihad ». Tous les domaines de la réforme sont, dans la conception musulmane, un « djihad » dans la voie de Dieu. Dans ce sens, le « djihad dans la voie de Dieu », « la lutte dans la voie de Dieu veut dire mobiliser toutes les forces humaines, diriger tous ses efforts, donner de ses biens et de sa personne pour venir à bout de toutes ces adversités que sont l’injustice, la pauvreté, l’analphabétisme la délinquance et l’exclusion »[2]

Le terme « djihad » intervient, le plus souvent, dans le Coran au sens du déploiement de l’effort et non pas au sens de « guerre ». D’ailleurs, le verset qui qualifie le « djihad » de « grand djihad » entend par-là le « djihad par le Coran », c’est à dire, par l’argumentation, et non pas par la violence ni par la guerre: « N’obéis pas aux infidèles (ennemis); et avec ceci (le Coran) fournis contre eux « un grand djihad » (25: 51).

Quant au « djihad » au sens de « guerre », il désigne la guerre défensive; la légitime défense armée, ce qui rejoint finalement le troisième article du préambule de la déclaration des droits de l’homme considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit, pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression. En ce sens le « djihad » signifie le devoir de résistance.

 

L’islam et la guerre:

En islam, l’appel à croire en Dieu et à la religion doit se faire par l’unique voie de la sagesse et de la bonne exhortation: « Par la sagesse et la bonne exhortation, appelle les gens au sentier de ton Seigneur » (16: 125), car en matière de conviction des cœurs, le Messager de l’islam (saws) ne pourrait être dominateur et ne pourrait guider qui il veut: « Eh bien rappelle! Tu n’es qu’un rappeleur, et tu n’es pas un dominateur sur eux » (88: 21 – 22). En effet, convertir les cœurs ne peut se faire qu’en observant cette voie car la contrainte n’engendre que l’hypocrisie et non pas la foi et l’adhésion du cœur. C’est pourquoi le Coran proclame: « Nulle contrainte en matière de religion » (2: 256).

Mais face aux empires conquérants de l’époque qui ont fait de la guerre une deuxième nature considérant la guerre comme l’unique moyen d’expansion et de progrès, le Coran a instauré la guerre bien qu’elle soit désagréable, en tant qu’exception et non pas en tant que principe. Il s’agit d’une nécessité qui doit être mesurée à sa juste valeur et non pas d’un moyen assurant le progrès des nations, le développement des sociétés et l’épanouissement des civilisations: « Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable » (2: 216). Cette philosophie coranique fut confirmée par la tradition prophétique (Sunna). Le Prophète (saws) dit: « N’espérez pas la rencontre de l’ennemi. Implorez plutôt Dieu pour la sauvegarde. Mais si vous le rencontrez,  alors résistez, et invoquez Dieu en abondance »[3].

C’est dans le cadre de cette voie pacifique dans la prédication que l’islam a proposé aux non-musulmans un vivre ensemble fondé sur le respect mutuel: « Dis: « Ô vous incroyants! Je n’adore pas ce que vous adorez. Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore. Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez. Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore. A vous votre religion, et à moi ma religion » » (sourate 109).

L’islam est allé jusqu’à gracier ceux qui ont commis des crimes à l’encontre des musulmans, leur offrant la liberté de choisir. En effet, lorsqu’il entra victorieux à la Mecque en l’an huit de l’Hégire (629), le Prophète (saws) dit aux idolâtres de la Mecque, en dépit des crimes qu’ils aient commis: « Pas de récrimination contre vous aujourd’hui! Que Dieu vous pardonne » (12: 92), « Allez, vous êtes libres! »

Par ailleurs, l’Etat musulman, constitué suite à l’émigration en l’an un de l’Hégire (622), une fois doté d’une souveraineté, d’une communauté, de lois, de systèmes administratifs et d’une armée, ne s’est pas écarté de cette voie pacifique dans la prédication limitant ainsi toutes ses guerres à des guerres défensives: « Combattez dans le sentier de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes Allah n’aime pas les transgresseurs » (la vache : 190), « Et s’ils cessent donc, plus d’hostilité, sauf contre les injustes » (la vache : 193), « Quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui à transgression égale. Et craignez Allah » (la vache : 194), « Autorisation est donnée de se défendre à ceux qui sont attaqués car vraiment ils sont  lésés » (le Pèlerinage : 39).

Et même les versets de la sourate « le repentir » auxquels les détracteurs s’accrochent en disant qu’ils représentent la façade guerrière et violente de l’islam, ils font une distinction entre:

– les idolâtres respectant les engagements et les accords, dans ce cas, les versets appellent les musulmans au respect des conventions conclues avec ces idolâtres: « A l’exception des polythéistes avec lesquels vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont pas manqué en rien, et n’ont soutenu personne à lutter contre vous; respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu’au terme convenu. Dieu aime les pieux » (9: 4).

– et les idolâtres qui ne respectent aucun engagement et qui « ne respectent, à l’égard d’un croyant, ni parenté ni pacte conclu. Et ceux-là sont les transgresseurs » (9: 10).

Le combat dont il s’agit ici est en vue de repousser  l’agression de ceux qui ne respectent aucun pacte, qui sont les transgresseurs, qui combattent les croyants pour les faire renoncer à leur foi et qui les chassent de chez eux: « Ne combattez-vous pas des gens qui ont violé leurs serments, qui ont voulu bannir le Messager et alors que ce sont eux qui ont attaqué les premiers » (9: 13).

Ainsi, pour l’Etat musulman, le critère qui détermine la paix ou la guerre, n’est pas « l’incroyance » mais la transgression de l’ennemi. C’est ce critère qui détermine la relation entre l’islam et les incroyants ou les négateurs: « Il se peut que Dieu établisse de l’amitié entre vous et ceux d’entre eux dont vous avez été les ennemis. Et Dieu est Omnipotent et Dieu est Pardonneur et Très Miséricordieux. Dieu ne vous défend pas d’être bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Dieu aime ceux qui sont équitables. Mais Il vous interdit toute liaison avec ceux qui vous combattent à cause de votre religion, qui vous chassent de vos foyers, ou qui contribuent à le faire. Une telle alliance constituerait une véritable injustice » (60: 7 – 9).

D’ailleurs, le Prophète (saws) a conclu un pacte avec les chrétiens de Najran et tous ceux qui partageaient la même religion dans lequel on peut lire: « Ils ont les mêmes droits que les musulmans. Ils ont les mêmes devoirs que ceux des musulmans, et les musulmans ont les mêmes devoirs qu’eux, jusqu’à ce qu’ils soient associés aux musulmans dans les droits et devoirs ». Avant ceci, il conclut un pacte avec les tribus juives de Médine, dès son arrivée à Médine, garantissant leur liberté religieuse et leur assurant une citoyenneté égalitaire.

Par conséquent, les textes coraniques et prophétiques indiquent explicitement que la seule motivation au combat est le fait de repousser l’agression, sans aller au-delà de ce qui est nécessaire pour repousser l’agression, en usant des mêmes moyens que l’agresseur: « Combattez dans le sentier de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes Allah n’aime pas les transgresseurs » (la vache : 190), « Quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui à transgression égale. Et craignez Allah » (la vache : 194).

Quant au hadith, souvent mal compris: « J’ai reçu pour commandement de combattre les gens (al-nas) jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’est de Dieu que Dieu … », l’article défini « ال» (al-nas) dans le hadith est « al al-had » (qui exprime une particularité) et non pas « al al-jins » (qui exprime la généralité ou le genre). L’article « al al-‘ahd » désigne une chose qui est préalablement connu de celui qui parle et connu de l’interlocuteur, c’est donc le contexte qui désigne cette chose. Ainsi, le terme « al-nas » (les gens » ici, désigne les idolâtres mecquois en guerre contre le Prophète (saws) et contre les musulmans. On ne peut donc généraliser cette expression pour l’étendre à tous les non-musulmans du monde ! L’autre version de ce hadith confirme cette analyse puisque qu’on y lit: « J’ai reçu pour commandement de combattre les idolâtres (c’est à dire de l’Arabie) », de même que l’interdiction de combattre parmi les idolâtres ceux qui ne combattent pas les musulmans, à l’instar de ceux qui  ont conclu un pacte, les femmes, les enfants, les handicapés, les hommes religieux … Par conséquent, ce hadith ne pourrait servir d’argument pour légitimer le combat des non-musulmans pour la seule raison de leur incroyance. Le terme « Les gens » (al-nas) désigne l’ennemi combattant parmi les idolâtres. D’autant que les hadiths prophétiques viennent exposer les enseignements du Coran qui déclare : « Nul contrainte en matière de religion » (2: 256), étant donné que la contrainte ne fait pas convertir les cœurs.

 

Les étapes de l’établissement du combat en islam:

Les musulmans ont connu à la Mecque une situation de faiblesse et de persécutions. Le seul moyen dont il disposait pour répondre à l’agression était la patience et l’endurance. Le combat n’était pas d’actualité.

Puis après l’émigration à Médine, l’islam devient doté d’un Etat. La révélation donne alors  « l’autorisation » de se défendre contre les agresseurs et contre ceux qui ont chassé les musulmans de chez-eux: « Dieu prend la défense de ceux qui croient. Dieu n’aime aucun traître ingrat. Autorisation est donnée de se défendre à ceux qui sont attaqués car vraiment ils sont  lésés; et Dieu est certes Capable de les secourir. Ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu’ils disaient: « Dieu est notre Seigneur » Si Dieu ne repoussait pas les gens les uns par les autres, des ermitages seraient démolis, ainsi que des églises, des synagogues, et des mosquées où le nom de Dieu est abondamment évoqué » (22: 38 – 40).

Ainsi, lorsque Dieu a autorisé le combat aux croyants, Il a fait de leur expulsion de leurs demeures la raison principale motivant l’autorisation du combat.

Jusqu’à l’an sept de l’Hégire, les musulmans ont mené une vingtaine de batailles. Pendant tout ce temps, leur combat était régi par l’autorisation de se défendre pour repousser les agresseurs.

En l’an sept de l’Hégire, lorsque les musulmans se dirigeaient vers la Mecque pour accomplir la ‘Omra (petit Pèlerinage) de rattrapage (qada) conformément aux termes du pacte d’al-Houdebiya conclu l’année d’avant, les musulmans redoutaient la trahison des mecquois. En effet, ils sont sur le point d’entrer à la Mecque en état de sacralisation, désarmés, pendant les mois sacrés au cours desquels tout combat est prohibé, en un lieu sacré dans lequel le combat est interdit. Qu’est-ce qui empêcherait la trahison des mecquois dans ce contexte délicat ? Face à cette inquiétude, Dieu révéla « l’ordre » de se battre au cas où les mecquois viendront à violer le pacte, permettant aux musulmans de combattre l’ennemi, fut-ce pendant les mois sacrés et à la mosquée sacrée: « Combattez dans le sentier de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes Dieu n’aime pas les transgresseurs. Et tuez-les où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés: l’associationnisme est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des incroyants (ennemis). S’ils cessent donc, plus d’hostilité, sauf contre les injustes. Le mois sacré pour le mois sacré! Le talion s’applique à toutes choses sacrées. Donc quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui à transgression égale. Et craignez Dieu. Et sachez que Dieu est avec les pieux  » (2: 190 – 194).

Ainsi, l’évolution du statut du combat de l’autorisation à l’ordre est fortement liée à l’expulsion des musulmans de leurs demeures et au droit de retour.

Puis, lorsque le Coran fit du combat des agresseurs une « obligation » pour les musulmans, il continua à justifier ceci par la question essentielle qui est leur expulsion de leurs demeures: « Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Dieu qui sait, alors que vous ne savez pas. Ils t’interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. Dis: » Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès de Dieu est de faire obstacle au sentier de Dieu, d’être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d’expulser de là ses habitants » (2: 216 – 217).

Ce fut ainsi la règle dans le Coran. A chaque fois qu’il appelait les musulmans au combat, il en rappelait la cause principale, à savoir, leur expulsion de leurs demeures; une cause qui mérite le sacrifice, l’endurance et la patience face aux difficultés. A aucun moment, le Coran a appelé au combat pour propager la religion en enracinant la foi dans les cœurs par la force. A aucun moment, le Coran n’a instauré le combat pour punir les idolâtres qui refusaient de se convertir à la nouvelle religion qui est l’islam.

En effet, le Coran rappelle au Prophète (saws) le complot des notables de Qouraysh contre lui pour l’expulser de son pays, la Mecque: « Et rappelle-toi le moment ou les incroyants complotaient contre toi pour t’emprisonner ou t’assassiner ou te bannir » (8: 30).

Dans un autre verset, il lui dit: « En vérité, ils ont failli t’inciter à fuir du pays pour t’en bannir. Mais dans ce cas, ils n’y seraient pas resté longtemps après toi » (17: 76).

Dans un autre verset, le Coran évoque le crime des qourayshites que constitue le bannissement du Prophète (saws) de sa cité: « Et que de cités, bien plus fortes que ta cité qui t’a expulsé, avons-Nous fait bannir » (47: 13).

En incitant les croyants au combat, le Coran leur rappelle que ces idolâtres les ont expulsé de chez eux, c’est pour cette raison qu’il faut les combattre: « Ne combattrez-vous pas des gens qui ont violé leurs serments, qui ont voulu bannir le Messager, alors que ce sont eux qui vous ont attaqué les premiers? Les redoutiez-vous? C’est Dieu qui est plus digne de votre crainte si vous êtes croyants. Combattez-les, Dieu, par vos mains, les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et apaisera les poitrines d’un peuple croyant » (9: 13 – 14).

Dans d’autres versets, le Coran blâme les croyants et les incite au combat en leur rappelant cette question cruciale: « Ô vous qui avez cru, qu’avez-vous? Lorsque l’on vous a dit: « Elancez-vous dans le sentier de Dieu », vous vous êtes appesantis sur la terre. La vie présente vous agrée-t-elle plus que l’au-delà? Or, la jouissance de la vie présente ne sera que peu de chose, comparée à l’au-delà! Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d’un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et  Dieu est Omnipotent. Si vous ne lui portez pas secours … Dieu l’a déjà secouru, lorsque ceux qui avaient mécru l’avaient banni, deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu’il disait à son compagnon: « Ne t’afflige pas, Dieu avec nous », Dieu fit alors descendre sur lui Sa sérénité et le soutint de soldats que vous n’avez pas vus » (9: 38 – 40)

Ainsi, à chaque fois qu’il évoque le combat, le Coran en rappelle la raison essentielle: le fait que les idolâtres les aient expulsés de chez eux. Le Coran incite les croyants à combattre pour libérer leur pays de la domination de ceux qui les ont bannis. La prise de la Mecque en l’an huit de l’Hégire était en réalité une libération politique. En effet, les musulmans n’ont pas imposé l’islam aux habitants de la Mecque. Ils ont laissé le choix aux Mecquois pour que la foi fraye son chemin vers les cœurs, par la persuasion et la conviction. Sans même attendre leur conversion, le Prophète (saws) dit aux mecquois vaincus: « Pas de récrimination contre vous aujourd’hui! Que Dieu vous pardonne » (12: 92), « Allez, vous êtes libres! ». Il n’a pas puni ceux qui se sont fendus en larmes en voyant leurs idoles se faire briser. Par conséquent ce que les musulmans ont imposé à la Mecque, ce n’est pas la « foi », mais la « libération » du pays confisqué par les idolâtres depuis huit ans.

Cela prouve que la motivation principale du combat en islam est purement politique. En islam, le combat n’a jamais été un moyen d’imposer la religion ou de convertir les cœurs.

En guise de conclusion, nous pouvons affirmer en toute tranquillité que la notion de « djihad » est plus vaste que le combat car il correspond au fait de déployer tous les efforts dans les différents domaines de la vie. Il signifie également le fait de résister à toutes les agressions de l’ennemi par le combat ou par tout autre moyen. Lorsque Dieu révéla les versets suivants: « Et quant aux poètes, ce sont les égarés qui les suivent. Ne vois-tu pas qu’ils divaguent dans chaque vallée, et qu’ils disent ce qu’ils ne font pas » (26: 224 – 226), le compagnon Ka’b ibn Malik, qui était poète, dit au Prophète (saws): « Dieu a révélé à propos des poètes ce que tu sais, qu’en penses-tu? » Le Prophète (saws) dit: « Le croyant combat avec l’épée et avec la langue » (rapporté par Ahmed). Malheureusement, le terme « djihad » s’est vu limité, chez les musulmans et chez les non-musulmans, au combat armé, or le combat n’en est qu’une forme. Et cette forme de djihad combatif n’est pas un moyen d’imposer la religion ou d’ancrer la foi dans les cœurs. Il n’est qu’un moyen utilisé en tant que légitime défense. Plus généralement, l’islam appelle à combattre toute forme d’injustice, même s’il s’agit de musulmans. Dieu dit : « Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l’un d’eux agresse injustement l’autre, combattez le groupe qui transgresse, jusqu’à ce qu’il se conforme à l’ordre de Dieu. Puis, s’il s’y conforme, réconciliez-les avec justice et soyez équitables car Dieu aime les équitables » (49 : 9).

Mohamed ‘Abdou dit à juste titre: « Dans ce sens, le djihad fait partie de la religion. C’est à dire qu’il ne fait partie ni de sa quintessence ni de ses finalités. Il n’est qu’une barrière protectrice. Il s’agit donc d’une question politique inhérente à la religion dictée par la nécessité. Nulle considération ne doit être accordée à la divagation du commun des gens ni à leurs professeurs stupides qui prétendent que la religion  s’est établie par l’épée et que le djihad (combatif) est demandé en soi. Le Coran, dans sa généralité et dans ses détails, est une preuve contre eux »[4].

 

[1] – en laissant entendre que le Coran appellerait à exterminer tous les non-musulmans, alors que le verset de la sourate « le butin » (en notant la mauvaise traduction qu’il utilise) concerne un contexte de guerre, à savoir la bataille de Badr. Le terme « incrédules » est limité aux idolâtres mecquois et ne peut être compris d’une manière générale.

[2] – Tariq Ramadan, l’islam, face à face des civilisations, ed Les deux rives

[3] – Rapporté par ad-Darami

[4] –  al-a’mal al-kamila lil-imam Mohamed ‘Abdou, (les œuvres complètes de Mohamed ‘Abdou), 4/732 – 733

Cet article a été publié dans Havre de savoir le 29 juin 2015