SAUVONS LE MONDE

Méditons ensemble pour Sauver le monde

Nous avons, bien malgré nous, mis le doigt sur le véritable problème de ce monde en danger : ce sont les pauvres. Eh oui, mes amis ! Imaginons un instant un monde sans pauvres. Ce serait le paradis sur terre ! D’ailleurs, Adam et Eve avaient-ils des problèmes d’argent ? Non. Et c’est bien la preuve. Si on observe la société, on s’aperçoit très vite que le pauvre est presque toujours quelqu’un qui se plaint. « Et gnagnagna, c’est pas facile tous les jours, et gnagnagna je ne mange pas à ma faim très souvent. » En un mot, le pauvre est un geignard. Mais se rend-il compte que le riche fait preuve d’un courage exceptionnel alors qu’il aurait, lui, toutes les raisons de se lamenter sur ce monde qui court à sa perte à cause de la misère. Et le pauvre n’est qu’un exemple. Les victimes de guerres ou d’épidémies ont, elles aussi, une fâcheuse tendance à geindre sur leur sort. Eh quoi ? Quelqu’un a-t-il déjà eu le courage de dire que s’il n’y avait pas de victimes, les guerres ne seraient plus un problème ? Non, n’est-ce-pas ! Une fois de plus, c’est bien la preuve qu’il y a des sujets qui dérangent. A ce stade de notre raisonnement, une question se pose : est-il souhaitable que le pauvre devienne riche ? La réponse est définitivement : non. Pour la bonne raison que si la terre était peuplée de sept milliards de riches, nous serions déjà morts étouffés sous les déchets, les embouteillages seraient multipliés par cent cinquante et il ferait dégueulasse partout parce que plus personne n’accepterait d’être éboueur ou femme de ménage. Si nous étions tous milliardaires, qui accepterait encore de construire nos limousines et nos gigantesques villas ? D’autres milliardaires ? Que nenni ! J’ai assez de pognon, mon pote, pour ne pas devoir me casser la tête à construire ta seconde résidence. J’ai assez de pognon pour nourrir ma famille de foie gras sur dix générations. Mais le souci va très vite devenir de savoir qui va cultiver le blé qui servira à faire le pain pour les toasts ? Qui acceptera de fabriquer les grille-pain ? Vous l’avez compris : il n’est pas souhaitable que tout le monde soit riche. Ce ne serait pas bon pour l’espèce humaine. Alors, saluons l’abnégation de ceux qui acceptent de l’être, pour que l’humanité puisse continuer à vivre en harmonie, au risque, comme ce le fut parfois ces derniers mois, de perdre plusieurs millions de ceux qu’ils avaient économisés pour leurs vieux jours. HEU….. J’ai trop dit là je crois…..

Kouider.E

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Abdelhak 17/12/2011

cruelle vérité..
mais après tout, la vraie richesse est intérieure

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau