Arrivée des COLONS en Algerie

L'ARRIVEE DES COLONS EN ALGERIE

Le contraste entre le départ de la Métropole, avec des cérémonies orchestrées par le gouvernement qui engendraient l'enthousiasme, et l'arrivée sur les lieux des colonies pouvait abattre le moral des plus optimistes. L'armée, avec les faibles moyens dont elle disposait pour assurer cette tâche, pallia, au mieux qu'elle put, toutes les insuffisances. Parmi les 42 centres prévus, 3 étaient situés dans la Mitidja de l'Ouest.

En 1848, en France, le Gouvernement provisoire se heurte à d'importants problèmes de chômage, aggravés après les émeutes de juin par la présence d'éléments turbulents" qu'il désire éloigner de la Métropole. Le 19 septembre une loi prévoit la création en Algérie de 42 colonies agricoles, cette loi relève plus de la volonté de résoudre des problèmes intérieurs que de la volonté de créer de nouveaux aménagements en Algérie. Ce programme entrepris dans la plus grande précipitation se réalisa aussi dans la plus grande confusion :

- le voyage des émigrants était organisé dans des conditions épouvantables.
- aucune infrastructure n'était prête à l'arrivée des nouveaux colons.
- le pays était souvent insalubre .
- il manquait d'eau potable.
- la sécurité n'était pas toujours assurée .
- les décisions administratives n'arrivaient pas,
- etc.

9 votes. Moyenne 2.22 sur 5.

Commentaires (1)

1. Lecteur 13/11/2013

A lire:

"... Ahmed Mebarek Ben Allal, petit-fils de Mohamed Ben Allal, lieutenant de l’Emir Abdelkader et descendant de Sidi-Ali M’barek, saint tutélaire de Koléa, vient de publier, en collaboration avec l’historien Nicolas Chevasus-au- Louis, un livre sur la vie et l’œuvre de son grand-père, Mohamed Ben Allal, mort au combat contre les Français le 11 novembre 1843. Ce livre au titre générique ... relate les hauts faits de Mohamed Ben Allal, décapité par les Français après dix ans de résistance et de farouches combats contre ces derniers. Préfacé par le professeur Ahmed Djebbar, La tête dans un sac de cuir contient trois parties dont : Fils de Zaouia et Le combattant et enfin le martyr. Il importe de souligner que le corps de Mohamed Ben Allel n’a jamais été retrouvé. Par contre, sa tête qui est enterrée au mausolée de Sidi Ali M’barek a été ramenée, apprend-on, par un général français en 1847. Né en 1810, Mohamed Ben Allal fut nommé, en 1837, lieutenant à la tête de la région de Miliana, et ce, après la mort de son oncle, le khalifa cheikh Mahieddine Essaghir Ben Allel El- Kolehyi (Koléa) ... A noter que ce livre a été édité par les éditions du Tell".

M. Belarbi (le Soir d'Algérie)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau