Croire au jour dernier (La rétribution)

Il faut croire aux comptes à rendre ainsi qu'à une Rétribution, lors du Jour du Jugement. Le croyant aura à rendre des comptes pour ses actes et obtiendra sa Rétribution. Ceci est prouvé par le Coran, la Sounna et le consensus des premiers musulmans.

 A travers le Coran : 

 

"Oui, vers nous est leur retour, ensuite, à nous de leur demander des compte."
Sourate 88. L'enveloppante (Al-Gasiyah). Verset 25-26

Allah (azawajal) dit également :

 

« Au Jour de la Résurrection, Nous placerons les balances exactes. Nulle âme ne sera lésée en rien, fût-ce du poids d’un grain de moutarde que Nous ferons venir. Nous suffisons largement pour dresser les comptes.» Sourate 21. Les prophètes (Al-Anbiya). Verset 47

 

A travers la Sounna :

D'après Ibn Umar (que Dieu l'agréé), le Prophète (sws) a dit :

« Certes, Dieu approchera le croyant et le couvrira de son voile. Après l'avoir couvert, il lui dira : reconnais-tu tel ou tel péché, il répondra oui, le croyant finit par reconnaître sa faute. Dieu lui dit : J'ai dissimulé tes fautes dans le monde, et je te pardonne celles-ci aujourd'hui. On lui remit un livre de bonnes actions.

Quant aux incroyants et aux hypocrites, on proclamera dans toute la création « voilà ceux qui ont menti au sujet de leur Seigneur, la malédiction de Dieu n'est elle pas sur les injustes. » (Rapporté par Boukhari et Mouslim )

Selon une source authentique, l'Envoyé (sws) a dit :

« Que celui qui veut accomplir un acte pieux, puis l'accomplit, Dieu lui multiplie de dix à sept cents fois et même plus, que celui qui commet un mauvais acte, Dieu le lui compte comme un seul acte.

A travers le consensus des premiers musulmans :

Les premiers musulmans attestent à l'unanimité la réalité fondée des comptes à rendre et de la rétribution selon les actes. Cela implique une moralité qui est qu'Allah (azawajal) a descendu les Livres, envoyé les Messagers, et institué à Ses Serviteurs l'acceptation du Message et l'application de Ses Commandements.

S'il n'y avait pas de rétribution, tout cela serait chose vaine, ce dont le Seigneur, le Sage, est exempt, Dieu le Très Haut l'a démontré en disant :

 

«Très certainement, nous allons interroger ceux vers qui on avait envoyé des Messagers et très certainement, nous interrogerons les Envoyés.» Sourate 7. Al Araf Verset 6

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau