Les Micro-Credits

Les micro-crédits

En pleine crise financière mondiale, hier soir, jeudi 14 mai 2009 sur une chaîne de télévision publique, l'émission Envoyé Spécial diffusait un documentaire sur les micro-crédits alloués aux pauvres du Bengladesh (Pays le plus pauvre du monde). Quel triste spectacle de voir de telles personnes profiter de la détresse et le désarroi des gens en leur proposant des petits crédits pour soi-disant se sortir de la misère en créant des entreprises soit de petits commerces soit l'achat de bétails, etc... à des taux d'intérêts allant jusqu'à 30%. Il y a quelques temps, on nous vantait de ci delà la réussite d'une telle initiative de ces soi-disant banques qui prétaient aux pauvres et que l'on prenait pour exemple. La réalité est toute autre, en effet, on a omis de dire qu'un désastre macabre quotidien est engendré par ces entreprises banquaires qui poussent les gens au bord du suicide s'ils n'arrivent pas rembourser les traites. Les contrats de prêt sont tellement bien établis qu'aucune échappatoire n'est envisageable car si l'un des époux venait à disparaître l'autre est obligé de prendre les remboursements à sa charge, comment peut-on comprendre qu'un couple qui n'arrive pas à honorer les échéances, un des deux conjoints pourrait le faire seul ? Ce jeune couple a préféré se donner la mort main dans la main. Quand la mort n'est pas donnée, les emprunteurs remboursent par d'autres prêts (micro-crédits) les créanciers et au bout du compte vendent tous leurs biens vêtements, bijoux, maison et terre afin de quitter la spirale du prêt.

Si nous regardons de près ce système, nous ne pouvons croire que ce sont les pauvres qui rachètent terres, maisons, bijoux, etc... CQFD.

Tous les gros bonnets des banques se sont donnés rendez-vous dans une grande salle à New Delhi (Inde) pour trouver une solution afin de venir en aide (laissez-moi rire !) aux cent millions potentiels de pauvres en leur accordant le soi-disant micro-crédit. Nous avons constaté la présence d'un grand économiste français, Jacques Attali,  à cette réunion.

Cela me ramène à une scène assez connue de film western où l'on voyait apparaître au loin une horde de vautours guettant la mort soudaine d'un cow-boy, bras balants, tête à mi-hauteur du sol, prêt à tomber. Au point que ces charognards pouvaient attaquer l'homme sur sa monture si ce dernier mettait du temps à mourir.

Je finirais par dire qu'un grand économiste français, en 2008, déclarait dans un quotidien boursier que, si les banques internationales avaient appliqué la Charia Islamique, le monde entier n'aurait pas connu ce désastre financier.

Je rappelle juste que la riba est un grand péché (Sourate La Vache), le prêt par intérêts est strictement illicite que ce soit pour celui qui prête que pour celui qui emprunte ou celui qui signe un quelconque papier ayant trait à ce sujet.

Kouider.E.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. mida11 13/04/2010

vous pouvez changer l'arrier plan ;on louche!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau